Polyuréthane : Le plus performant des isolants

Rédaction
09/12/2021

Les isolants constitués de mousse polyuréthane sont les plus performants à épaisseur égale. Pourtant, ils ne dominent pas le marché de l’isolation, loin de là. Les raisons sont techniques, économiques, mais aussi culturelles.

La projection sous treillage métallique permet un calibrage parfait de l’isolation. [© Gérard Guérit]
La projection sous treillage métallique permet un calibrage parfait de l’isolation. [© Gérard Guérit]

Dans le trio de tête des isolants les plus utilisés, tous produits confondus, les mousses polyuréthane arrivent loin derrière les laines minérales et le polystyrène expansé. Pourtant, c’est de loin l’isolant le plus performant, avec un lambda moyen de 0,025 W/m.K. C’est donc le matériau qui limite les plus les déperditions à épaisseur égale.

Pour obtenir un panneau isolant rigide, on réalise un moussage en continu entre deux parements. L’expansion de la mousse s’effectue jusqu’à obtention de l’épaisseur désirée. Les plaques ainsi obtenues, après passage dans un tunnel chauffant, sont stabilisées et usinées. Les propriétés du matériau dépendent des composants chimiques utilisés, de l’agent gonflant et de la nature des parements. Dans une période de recherche d’optimisation de l’isolation, on pourrait en déduire que les Français sont un peu schizophrènes. Car les mousses polyuréthane connaissent hors de nos frontières un développement plus soutenu.

Lire aussi :
Le SNPU s’engage dans la réduction des déchets

Certains fabricants et distributeurs, relayés par les médias, radio, presse et télévision, arrivent à convaincre nos concitoyens de privilégier des isolants de nouvelle génération. Ils sont positionnés comme plus écologiques, et pourtant nettement moins performants à épaisseur égale. Les pays voisins de la France semblent avoir une approche plus pragmatique. Pour eux, le produit le plus écologique, c’est celui qui limite au maximum les déperditions, et donc les consommations d’énergie. Chez nous, les écologistes mettent en avant, ce qui n’est pas faux, le fait que ces produits sont issus d’une énergie fossile, le pétrole. Avec à la clef un éco-bilan plutôt négatif.

Prolongez votre lecture
Pour lire la totalité de cet article, inscrivez-vous gratuitement

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article