TerraFibra : Ode à l’architecture frugale

Sivagami Casimir
26/01/2022
Modifié le 25/05/2022 à 14:58

Jusqu’au 27 février 2022, le Pavillon de l’Arsenal accueille l’exposition TerraFibra. Une ode à l’architecture frugale et la construction biosourcée et géosourcée.

Exposition TerraFibra jusqu'au 27 février 2022. [©Camille Gharbi]
Exposition TerraFibra jusqu’au 27 février 2022. [©Camille Gharbi]

La construction biosourcée et éco-responsable est sur les feux de la rampe. Mais comment l’utilisation de matériaux plus naturels se traduit-elle dans le monde ? L’exposition TerraFibra et l’ouvrage éponyme qui l’accompagne reviennent sur les 40 bâtiments finalistes du premier prix mondial des architectures contemporaines en terre crue et fibres végétales (TerraFibra Award). « Face au défi climatique et à la nécessaire adaptation des systèmes constructifs, l’utilisation de matériaux biosourcés et géosourcés offre des solutions techniques vertueuses, expliquent Dominique Gauzin-Müller et Anne Lambert, commissaires de l’exposition. Certaines sont éprouvées depuis des siècles, d’autres s’inventent aujourd’hui. »

Lire aussi :
Les matériaux biosourcés au quotidien

Installée au Pavillon de l’Arsenal, l’exposition, co-produite par l’agence amàco et l’organisme de formation Les Grands Ateliers, se découpe en différents espaces. Pour les fibres, elle est organisée en fonction de la plante utilisée et pour la terre crue, selon les techniques mise en œuvre (pisé, terre coulée, bauge, torchis…). « Les projets confirment que des pratiques vertueuses existent à travers le monde dans des contextes très variés. » Les visiteurs pourront ainsi trouver des photographies, des prototypes à l’échelle 1, des dessins. Ou encore des échantillons permettant de (re)découvrir et de toucher les différentes matières. Ici, la construction neuve et la rénovation et la réhabilitation sont à l’honneur.

Une diversité de techniques et de matériaux

« Les acteurs de ces projets rendent crédible l’utilisation de matériaux biosourcés et géosourcés à grande échelle. Ces équipes composées d’architectes, ingénieurs, constructeurs et maîtres d’ouvrage engagés mettent en exergue les aspects économiques. Mais aussi, sociaux et écologiques qui ont guidé leurs choix, et démontrent qu’il est possible de bâtir autrement. »

[©Camille Gharbi]

[©Camille Gharbi]

[©Camille Gharbi]

[©Camille Gharbi]

[©Camille Gharbi]

Ainsi, la partie “Terra” revient donc sur la diversité des techniques de la construction terre. Et ce, à travers des bâtiments réalisés à Sao Paulo, au Brésil en torchis ou encore, à Louly Benteigné, au Sénégal, en adobe, une brique de terre façonnée à l’état plastique et séchée au soleil… Bambou, chanvre, paille, roseau… l’espace Fibra met en avant ces fibres, matières brutes ou peu transformées, qui s’adaptent bien à la terre crue. « Ancrées dans leur territoire, ces architectures frugales et créatives ouvrent de nouveaux horizons pour la construction et la rénovation. »

En accès libre, l’exposition se tient jusqu’au 27 février 2022.

Informations pratiques :
Pavillon de l’Arsenal
21, boulevard Morland
75004 Paris
www.pavillon-arsenal.com