Aujourd’hui, un nouvel essai Lepir II ouvre la voie à l’utilisation de la paille pour des bâtiments d’habitation de 3e et de 4e famille.

Le dispositif d’essai RS20-012 relatif au classement de résistance au feu de la paille enduite, au CSTB. [©RFCP]
Le dispositif d’essai RS20-012 relatif au classement de résistance au feu de la paille enduite, au CSTB. [©RFCP]

Retrouvez l’édition numérique de Bâti & Isolation n°12.

Il y a dix ans, la Scop Gaujard Technologie faisait réaliser un essai Lepir II, puis une Atex B, ouvrant la voie à la construction d’ERP en paille sur trois niveaux. A présent, un nouvel essai Lepir II ouvre la voie à l’utilisation de la paille pour des bâtiments d’habitation de 3e et de 4e famille.

En 2009, la prescription inédite de parois en bois-paille dans le cadre de la construction de l’école Louise Michel, à Issy-les-Moulineaux (Sonia Cortesse et Bernard Dufournet) nécessite un essai Lepir II. « Le but était de vérifier les conditions de la propagation du feu entre deux niveaux par l’intérieur et l’extérieur du bâti, explique Olivier Gaujard. Dont la Scop Gaujard Technologies a financé la démarche avec ses partenaires de la maîtrise d’œuvre et le soutien de la région Paca. L’essai réussi, nous avons eu l’autorisation de construire des bâtiments publics R+2. Notre démarche éco-responsable nous a amenés à rendre publics les résultats de l’essai pour qu’ils servent au plus grand nombre. Suite à ce premier essai, nous avons réalisé une Atex B pour vérifier la pérennité des façades du point de vue des transferts de vapeur d’eau. »

Bâtiments d’habitation de 3e et de 4e famille

Ce procès-verbal est alors « restreint aux conditions du chantier considéré. A savoir R+2 et stabilité au feu de 30 mn – et à tous les paramètres de détail précisés dans le rapport d’essai ».
Et pourtant, c’est un détonateur qui a facilité la prescription de solutions en bois paille partout en France au cours de la décennie écoulée. Notamment à Rosny-sous-bois, à Montreuil. Et à Epinay-sur-Seine, avant de faire son entrée dans la capitale coup sur coup avec l’école Vincent Auriol (LA Architecture/Atelier Desmichelle). Et les logements de la Ferme du Rail (Grand huit), pour ne citer que les chantiers les plus spectaculaires [Lire article].

2019 année faste

Depuis dix ans, d’autres tests relatifs au feu ont étayé le développement de la construction paille en France, notamment trois essais de réaction au feu en 2009, 2012 et 2019. Et l’an dernier, la construction paille a bénéficié successivement des résultats de trois essais de résistance au feu. L’essai Lepir II du Cérib, en février 2019, étudie le comportement au feu d’un élément de façade isolé en paille avec un enduit extérieur à la chaux. Il se solde par un « Avis de chantier favorable pour une durée de 30 mn pour la solution avec embrasures en bois ignifugé (par vernis intumescent). Valable pour ce chantier uniquement ». S’ajoutent, comme le rappelle Olivier Gaujard dans une synthèse livrée au RFCP, en avril dernier, deux autres essais de résistance au feu.

L’échantillon après l’essai. [©RFCP]
L’échantillon après l’essai. [©RFCP]

Enduit ou sandwich ?

L’an dernier, en 2019, la DHUP1 commande au CSTB des essais portant sur

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article