Zaha Hadid : Briseuse de lignes

Muriel Carbonnet
08/09/2020

Décédée en 2016, la architecte britannique d'origine irakienne Zaha Hadid fut la première des “starchitectes” féminines, faisant partie des élus au prestigieux prix Pritzker (2004), dont la création remonte à 1848... Retour sur son parcours révolutionnaire.

Retrouvez cet article dans le n° 90 de Béton[s] le Magazine

Fantasque, avant-gardiste, Zaha Hadid a laissé une empreinte indélébile sur le monde de l’architecture. [©Brigitte Lacombe]
Fantasque, avant-gardiste, Zaha Hadid a laissé une empreinte indélébile sur le monde de l’architecture. [©Brigitte Lacombe]

Zaha Hadid est née en 1950 à Bagdad, en Irak. C’est après avoir étudié les mathématiques qu’elle s’oriente vers l’architecture, en 1972. Diplômée de l’Architectural Association de Londres en 1977, elle crée sa propre agence londonienne dès 1979.

Connue pour ses peintures et ses dessins aux lignes acérées, Zaha Hadid concevait ses bâtiments comme des paysages en mouvement, fragmentés et aux perspectives multiples. Une démarche portée par son associé Patrik Schumacher et amplifiée par une utilisation poussée des outils numériques de conception.

Une architecte révolutionnaire

Les 42 000 m² de la bibliothèque de Vienne, conçue par Zaha Hadid, s'élèvent tel un bloc octogonal au sein du campus dédié aux sciences sociales et économiques. Les lignes droites à l'extérieur du bâtiment deviennent courbes à mesure que l'on entre dans la bibliothèque.  [©Pezi]
Les 42 000 m² de la bibliothèque de Vienne, conçue par Zaha Hadid, s’élèvent tel un bloc octogonal au sein du campus dédié aux sciences sociales et économiques. Les lignes droites à l’extérieur du bâtiment deviennent courbes à mesure que l’on entre dans la bibliothèque. [©Pezi]

Le nom de Zaha Hadid figure aujourd’hui parmi les artistes les plus renommés du déconstructivisme, tel Frank Gehry. Mais elle est surtout une figure majeure de ce que certains historiens de l’architecture appellent désormais le “paramétricisme”. « Ce style nouveau succède au post-modernisme et au déconstructivisme. Le modernisme se fondait sur le concept d’espace. Le paramétricisme différencie les champs. Ces derniers sont remplis, comme occupés par un médium fluide. De la composition des parties, nous nous orientons vers des champs de particules dynamiques. On pourrait penser à des liquides en mouvement, structurés par des vagues irradiantes, des flux laminaires et des tourbillons en spirale1».

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Retrouvez tout l’univers de Zaha Hadid dans l’ouvrage “Zaha Hadid. Complete Works 1979–Today”, 2020, Editions Tashen, Philip Jodidio, 50€. [©Tashen]
Retrouvez tout l’univers de Zaha Hadid dans l’ouvrage “Zaha Hadid. Complete Works 1979–Today”, 2020, Editions Tashen, Philip Jodidio, 50€. [©Tashen]

Retrouvez cet article dans le n° 90 de Béton[s] le Magazine

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article