Près de Tarbes, Vinci Autoroutes Ouest expérimente le renforcement d’une buse par projection de Bfup Ductal. Une innovation proposée par l’entreprise Freyssinet, qui assure la mise en œuvre du procédé.

Retrouvez cet article dans le n°90 de Béton[s] le Magazine

Projection du Bfup Ductal sur les piédroits et le radier de la buse à rénover. [©Vinci]
Projection du Bfup Ductal sur les piédroits et le radier de la buse à rénover. [©Vinci]

En langage ornithologique, une buse est un petit rapace, d’un poids pouvant atteindre 1,40 kg pour une envergure de 1,30 m. En langage populaire, on nomme ainsi une personne stupide et ignorante. Et en langage autoroutier, il s’agit d’un passage inférieur. Ouvrage, qui garantit les continuités écologiques et hydrauliques de part et d’autre d’une infrastructure. Le concessionnaire Vinci Autoroutes Ouest en gère quelque 470 sur son réseau, allant d’Angers à Toulouse, dont 341 sont métalliques. Toutes bénéficient d’un programme de surveillance continue. Ce dernier a ainsi identifié 45 buses à rénover en priorité…

Principe de fonctionnement d’une buse sous autoroute. [©Vinci]
Principe de fonctionnement d’une buse sous autoroute. [©Vinci]

Conçues pour une durée de vie de 50 à 70 ans, les buses ont beaucoup été utilisées dans les années 1970/1980. De par leur positionnement dans le sol, sous autoroute, elles sont exposées et sensibles aux agressions de leur environnement. Et peuvent présenter des désordres structuraux (déformations longitudinales comme transversales, aplatissement, corrosion) dès l’âge de 35/45 ans. 

Le Bfup : une technique innovante

A côté de Tarbes, au niveau de la commune de Barbazan-Debat, sur l’autoroute A64, prend place la buse de passage agricole n° 1474. Plus de 40 ans après sa construction, elle fait aujourd’hui l’objet d’une rénovation totale, profitant d’une approche technique innovante. 

L’utilisation du Bfup permet de limiter à 6 cm la surépaisseur contre près 30 cm dans le cas d’un béton classique. [©Vinci]
L’utilisation du Bfup permet de limiter à 6 cm la surépaisseur contre près 30 cm dans le cas d’un béton classique. [©Vinci]

Pour cette opération, l’entreprise Freyssinet a proposé un confortement par projection du Bfup Ductal de LafargeHolcim. Cette solution permet de conserver presque à l’identique le gabarit de la buse. A contrario, un renforcement classique en béton armé amènerait une surépaisseur de l’ordre de 15 à 40 cm [voir schéma]. L’avantage de la projection de Bfup est de limiter cet apport à tout juste 6 cm ! Seule limite, la technique est adaptée aux ouvrages d’un diamètre minimum de 2 m. 

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Retrouvez cet article dans le n°90 de Béton[s] le Magazine

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article