Myral : Un plan d’action pour réduire l’impact carbone

Tom Comminge
13/04/2022

Myral se fixe un objectif d’environ 60 % de réduction de son impact carbone d’ici 2024. Ainsi, l’industriel dévoile son plan d’action composé de plusieurs parties.

Myral se fixe un objectif d’environ 60 % de réduction de son impact carbone d’ici 2024. [©Myral]
Myral se fixe un objectif d’environ 60 % de réduction de son impact carbone d’ici 2024. [©Myral]

Myral s’apprête à déployer une décarbonation massive. En effet, durant près de 10 ans de travail et de réflexion, l’industriel a élaboré une stratégie en faveur de la transition écologique et de la réduction des émissions de CO2. Pour mener à bien ce projet, il a engagé plusieurs démarches pour ses solutions d’isolation thermique par l’extérieur (ITE). Notamment, avec la réduction des déchets de sa nouvelle ligne de production industrielle conçue en 2014. Ou encore avec le projet de digitalisation créé en 2016 pour gagner en efficacité sur l’ensemble des métiers. Myral s’est aussi lancé dans une série d’analyses de cycle de vie (ACV) pour connaître l’impact précis de ses solutions d’isolation par l’extérieur et la direction à suivre pour une décarbonation massive. Pour le moment, l’empreinte carbone du système d’ITE complet est de 60 kgeqCO2/m2. En 2024, elle devrait se rapprocher des 20 kgeqCO2/m2, soit environ 60 % de réduction d’impact environnemental du système.

La démarche environnementale de Myral

Ainsi, le plan d’action 2022-2024 de Myral se compose de plusieurs parties. Tout d’abord, la politique de l’industriel repose sur la réduction maximale de tous les déchets. Cela, en réutilisant ce qui peut l’être et en recyclant le reste. En 2022, Myral a lancé le projet RePan, qui consiste à collecter les produits inertes.

Lire aussi : Dossier : Quand l’ITE passe en mode impact carbone réduit

Pour ensuite les réemployer comme isolant complémentaire. Cette démarche représente d’ailleurs un gros potentiel d’économies de carbone pour l’industriel. Elle est conçue pour s’adapter aux différentes contraintes techniques des projets. C’est pourquoi l’industriel a déterminé trois familles principales d’isolants compatibles. A savoir les isolants neufs, réemployés et biosourcés.

Une nouvelle génération d’aluminium bas carbone

Ensuite, Myral a fait le choix d’accroître le taux d’aluminium et de PVC d’origine recyclée dans ses solutions. Il veut augmenter la part de matières premières recyclées dans sa stratégie de production. Les panneaux seront alors composés d’une nouvelle génération d’aluminium bas carbone certifié. L’initiative diviserait ainsi l’impact carbone des solutions par cinq. Myral s’intéresse aussi à l’intégration d’un puits de carbone biogénique dans le système de vêtages du parement M32. Pour la conception du produit, environ 22 kg de CO2 sont émis en totalité. C’est là que le puits entre en jeu. En effet, il serait capable de stocker, grâce au bois, tout le carbone généré lors de la fabrication du produit. Enfin, l’industriel veut miser sur la longévité de ses systèmes, notamment pour les logements présentant un mode de chauffage combustible. Il souhaite proposer une ITE qui offre un impact carbone neutre dès la fin du chantier. Pour ensuite investir dans un isolant complémentaire capable d’améliorer la longévité du matériau.