Matériels : Vers une croissance molle

Rédaction
04/02/2014

Les perspectives pour le marché des matériels ? C’est une croissance molle en “racine carré” qu’entrevoit le Seimat jusqu’à l’horizon de 2017…

5-Seimat-Osdoit« On ne peut pas dire que 2013 ait été une année porteuse… » Pour Jean-Marie Osdoit, président du Seimat, les douze mois écoulés ne sont donc pas à marquer d’une pierre blanche. Quoique, après un dernier trimestre 2012 à – 5 %, les commandes de matériels sont doucement sorties de leur léthargie pour finir à + 15 % sur la période allant d’octobre à décembre 2013. Un rebond qui a permis de limiter la casse à – 5 % sur l’ensemble de l’année, tous matériels confondus. Sur un marché de la construction à – 7 %, ce n’est pas si mal que ça. Plus en détail, les engins de travaux publics de plus de 100 ch ont terminé à – 10 %, contrebalancés par les – 5 % enregistrés au niveau des machines de moins de 100 ch (ce que l’on appelle les “compacts” ou les “midis”). A vrai dire, seulement trois familles de matériels tirent leur épingle du jeu : les chargeuses sur pneumatiques de moins de 5,5 t (+ 4 %), les rouleaux autoportés (+ 15 %) et les chariots télescopiques (+ 10 %). Les deux premières étant des machines à utilisation en sites urbains. Au niveau du béton, la chute a été plus que brutale, puisque les toupies ont terminé l’année à – 17,8 % avec 586 unités vendues, contre 713 un an plus tôt !

Et 2014 ? La FNTP table, par exemple, sur une activité à – 0,4 %, c’est-à-dire sans changement notoire par rapport à ce que l’on vient de connaître. Dans ce contexte, « Il n’y a pas matière à un retournement négatif en 2014, mais aucune reprise n’est à prévoir non plus », estime Jean-Marie Osdoit. Le Seimat voit ainsi un lent tassement des prises de commandes tout au long de l’année, passant des + 15 % à fin 2013 à un + 3 % à fin 2014. En parallèle, le marché devrait progresser pour s’établir à + 5 %. En réalité, c’est une croissance molle en “racine carré” qu’entrevoit le Seimat jusqu’à l’horizon de 2017… Sans compter les questions qui apparaissent sur la réalité des reprises en cours dans certains pays, situation qui pourrait freiner le peu de redémarrage chez nous.