La qualité de l’air intérieur au cœur des revendications de Trecobat

Rédaction
12/04/2017

Trecobat appelle à une plus forte prise en compte de la qualité de l’air intérieur dans l’habitat et de ses impacts dans la future réglementation 2020.

La qualité de l'air intérieur au cœur des revendications de TrecobatNous passons plus de 80 % de notre temps dans des espaces clos : domicile, travail, lieux publics…. Or, il est prouvé que l’air intérieur est jusqu’à 8 fois plus pollué que l’air extérieur, en raison de l’association de la pollution atmosphérique, qui entre dans les maisons et des polluants intérieurs comme les particules fines, les pollens, l’humidité, le CO2, les COV, le radon… Selon une étude de l’Anses d’avril 2014, la pollution de l’air intérieur entraînerait le décès de près de 20 000 Français par an.

Se préoccupant de ce problème de question publique, le groupe Trecobat s’est lancé dans l’amélioration de l’air intérieur, en nouant en 2014 un partenariat avec Ventilairsec. Cette entreprise a breveté le concept de Ventilation mécanique contrôlée par insufflation (VMI). Cette technologie filtre et préchauffe l’air extérieur pour insuffler un air neuf sain et confortable à l’intérieur, sans particules de pollution atmosphérique et de pollen. La VMI régule également le taux d’humidité et crée une légère surpression dans la maison, qui permet l’évacuation des polluants intérieurs vers l’extérieur. Un système que Trecobat a déjà utilisé dans la villa E-Roise1, une maison-test construite à Brest dans le cadre du projet national Comepos.

Trecobat explique qu’avec ce système, il se voit contraint de se battre avec « une réglementation obsolète incontournable ». Ainsi, les arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983 obligeraient le groupe à doubler la VMI par un système d’extraction mécanique inutile, mais réglementaire dans les pièces humides, complexifiant le système. C’est pourquoi, Trecobat appelle à une plus forte prise en compte de la qualité de l’air intérieur dans l’habitat et de ses impacts dans la future réglementation 2020. « La qualité de l’air que nous respirons dans nos habitats doit s’inscrire au centre des exigences réglementaires des systèmes de ventilation et devenir un engagement national, au même titre que la transition énergétique », soutient Alban Boyé, directeur général du groupe Trecobat.

1 Lire Bâti & Isolation, n° 30, p. 31.