Comment louer son matériel de coffrage ?

Rédaction
31/03/2020

De nombreux matériels de chantier représentent un investissement très conséquent pour les entreprises du BTP. Parmi eux, les coffrages sont en tête. La solution est bien souvent de passer par la location.

1 – Pourquoi est-il pertinent de louer son coffrage ?

Vue du matériel sur le parc Peri de Meaux (77). [©Peri]
Vue du matériel sur le parc Peri de Meaux (77). [©Peri]

Les coffrages sont une partie essentielle de la construction en béton des bâtiments et des ouvrages de génie civil. La location permet aux entreprises de traiter avec des experts. Ces entreprises ont alors l’assurance d’avoir le produit adapté à leurs besoins, en matière de sécurité, de productivité et d’un point de vue financier. 

Cela leur permet surtout d’éviter les gros investissements. D’autant que selon le produit ou la gamme, la location peut être disponible sous 3 j. Elle est aussi un moyen de se dispenser des complications liées au stockage sur parc ou à la maintenance des outils. [Inscrits]

2 – Comment procède-t-on pour louer son matériel ? 

Bureau d’études Peri, sur le site de Meaux. [©Peri]
Bureau d’études Peri, sur le site de Meaux. [©Peri]

Tout commence par un rendez-vous, pour comprendre le besoin du client. Le but est de savoir ce qu’il veut faire, comment et quand. Ce qui permet de déterminer la meilleure solution. 

C’est le bureau d’études, qui prend ensuite le relais, afin de concevoir une première offre de solutions. Si cette dernière est validée, le chiffrage est proposé. Celui-ci dépend de la technicité et du temps de location de l’équipement. Puis, vient le temps de la négociation, notamment autour de ce qui est compris dans le prix ou pas. 

Ensuite, le bureau d’études réalise les plans détaillés de l’opération en 2D ou en 3D, fournit la liste du matériel, les notes de calculs et, pourquoi pas, les plans de conception pour l’atelier. Après la validation de cette étude par le client, la livraison est préparée. Le transporteur est sélectionné, le listing de l’ensemble des pièces est édité et des photos des chargements sont prises. 

3 – Comment distingue-t-on son propre matériel (parc) de celui qui est loué ?

Un camion chargé, prêt à rejoindre un chantier. [©Peri]
Un camion chargé, prêt à rejoindre un chantier. [©Peri]

C’est rarement un problème. En général, les produits sont peints ou marqués aux couleurs du propriétaire. Les loueurs (coffreurs ou sociétés indépendantes) ont aussi des couleurs, qui leur sont propres. Le matériel est donc identifiable. Et les produits sont de toute façon distingués via leurs étiquettes.

La plupart des acteurs du marché travaillent aussi sur des systèmes de puces RFID mis en place sur les coffrages. Toutefois, cette technologie se limite, pour le moment, à quelques références.

4 – Une fois le chantier achevé, comment se passe la restitution ? 

Matériel de coffrage en cours d’utilisation sur un chantier. [©Peri]
Matériel de coffrage en cours d’utilisation sur un chantier. [©Peri]

Il y a deux types de retours : soit partiels, soit complets. 

Pour les retours partiels, le client doit prévenir le loueur que la restitution est anticipée (quelques jours suffisent). C’est le temps nécessaire pour préparer ce retour. Le client peut prévoir le transporteur ou le loueur peut le gérer. A l’arrivée du camion, des photos du chargement sont prises, puis le matériel est compté avec précision : une fois pour le quantitatif et une fois pour le qualitatif, en règle générale. Un bon de retour est ensuite édité et envoyé au client, avec les manques et/ou les dégradations, s’il y a lieu. 
La procédure est identique dans le cas d’un retour complet du matériel. Mais inutile de prévenir, la date ayant été fixée à l’avance. 
Le matériel est ensuite lavé, réparé si besoin, puis rangé pour repartir sur le circuit. 

5 – Que se passe-t-il en cas de perte ou d’éléments abîmés ? 

Matériel de coffrage en retour du chantier. [©Peri]
Matériel de coffrage en retour du chantier. [©Peri]

En cas de perte ou si le matériel a vraiment disparu, la liste de l’équipement manquant est tout de suite envoyée au client. Il faut confirmer avec lui la possibilité d’un autre retour. Si le produit est manquant, il est facturé selon les accords, qui ont été précédemment établis lors du contrat de location. En fonction des cas, cela peut être soumis à de la négociation. 

En cas de matériel abîmé, il faut tout de suite des photos, qui sont envoyées au client. Ce dernier peut venir constater par lui-même, dans un délai maximal de 30 j. Dans le cas où le problème est réparable, une proposition de chiffrage des coûts lui est faite. En général, les réparations se font en interne, pour en garantir la qualité.

Enfin, si le matériel est irréparable, une proposition de facturation est envoyée au client. Là encore, il peut y avoir négociation. Le client peut récupérer le matériel, mais il est signifié qu’il n’est pas réutilisable. Sinon, le coffrage est envoyé au recyclage, pour en valoriser les constituants.

6 – Peut-on prolonger une location ou restituer le matériel par anticipation ?

Atelier de nettoyage et de reconditionnement du matériel, sur le site de Meaux. [©Peri]
Atelier de nettoyage et de reconditionnement du matériel, sur le site de Meaux. [©Peri]

Il est plutôt rare que la demande soit de raccourcir la durée de la location. Dans les contrats figure une période incompressible, qui est de 30 j, en général. Si le chantier est arrêté pour des causes météorologique ou technique, le contrat peut, bien sûr, être raccourci. 

Il est bien plus probable que le contrat soit allongé. Dans ce cas, le prix est d’abord calculé sur le premier mois. Puis, au jour le jour. Ceci étant prévu dans le contrat de départ. 

Il arrive aussi – assez souvent – que le client demande du matériel en plus. A ce stade, la négociation se fait en fonction du prix unitaire du contrat de départ, du volume de matériel et de temps de mise à disposition. 

7 – Location longue durée, avec option d’achat… Ces types de services sont-ils proposés par les loueurs de matériel de coffrage ? 

Atelier de montage d’un matériel de coffrage réalisé à façon. [©Peri]
Atelier de montage d’un matériel de coffrage réalisé à façon. [©Peri]

Oui, la location longue durée peut être proposée à des prix adaptés à la durée de location. Pour la location avec option d’achat, elle doit être proposée en collaboration avec un organisme bancaire, en fonction de la quantité de matériel, du type de matériels et de la durée du contrat.

8 – Quels sont les types de matériels, qui peuvent faire l’objet d’une location ?

De très nombreuses gammes de matériels sont disponibles à la location. En premier lieu, cela dépend de l’offre du coffreur ou du loueur indépendant. Cela va du classique coffrage de voile aux coffrages pour poteaux, dalles, aux systèmes sur mesure pour tunnels, en passant par les outils circulaires. S’y ajoutent les étaiements classiques ou de grandes charges, ainsi que les échafaudages. Et, enfin, toute une gamme d’accessoires. A vrai dire, tout est possible en fonction de la porte à laquelle on frappe !

Logo-Peri

Sujet réalisé en collaboration avec Consuelo Mendez Cristobal, directrice commerciale Ile-de-France chez PERI

PERI, spécialiste du coffrage

Fondée en Bavière, en Allemagne, en 1969, PERI, qui signifie “autour” en grec, est l’un des plus gros fournisseurs de coffrages au monde. Il est présent dans 70 pays, avec 160 dépôts et 9 500 collaborateurs. Et réalise un chiffre d’affaires estimé à 1,6 Md€. En France, PERI compte 130 employés, 2 dépôts et 5 agences et affiche un chiffre d’affaires de 35 M€ en 2019. Dont 65 % proviennent de la location des coffrages. A ce niveau, l’industriel dispose d’un parc locatif d’une valeur de 100 M€ en France, et 70 autres pays disposant aussi de réserves, pour répondre à tous les besoins.

[/inscrits]

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article