Schöck : Rupteurs virtuels et réels

Frédéric Gluzicki
27/09/2021

Schöck dévoile son nouveau logiciel, qui va autoriser le dimensionnement, l’implantation et l’optimisation du traitement des ponts thermiques.

Article paru dans le n° 96 de Béton[s] le Magazine.

Le logiciel BIM de Schöck permet aux bureaux d’études de positionner les rupteurs de ponts thermiques en amont des projets.
Le logiciel BIM de Schöck permet aux bureaux d’études de positionner les rupteurs de ponts thermiques en amont des projets. [©Schöck]

La rupture de ponts thermiques est le métier historique de l’industriel allemand Schöck. Et celui-ci profite du rendez-vous de Rennes pour dévoiler sa dernière innovation. A savoir, un tout nouveau logiciel développé en partenariat avec l’éditeur Cype. « Ce logiciel va permettre aux bureaux d’études structures et thermiques de positionner les rupteurs de ponts thermiques en amont des projets, en fonction des performances recherchées », explique Rémy Wirth, chef de produits chez Schöck France. Il va autoriser le dimensionnement, l’implantation et l’optimisation du traitement des ponts thermiques. Ceci, dès la phase “conception du projet”. Intégrable dans le flux de travail OpenBIM, ce nouveau logiciel Schöck permet des modélisations aussi bien en 2D qu’en 3D. « Il est nécessaire de construire avec plus d’efficacité, d’acquérir de nouveaux réflexes de travail. » A n’en pas douter, ce nouveau logiciel est sur la bonne voie…

En parallèle, Schöck présente sa nouvelle ligne de rupteurs Rutherma DFi. Celle-ci s’inscrit dans la continuité de la solution DF, qui reste au catalogue, mais se voit à présent réservée aux prédalles. Le DFi se caractérise en premier lieu par son nouveau corps isolant en Néopor (alliage de styrène et de graphite). Résultat : une conductivité thermique qui passe d’un λ de 0,035 à 0,031 W/m.K. L’innovation porte aussi sur la partie armatures. Celle-ci voit un positionnement inédit des aciers inox, qui a pour conséquence d’augmenter la reprise des efforts tranchants de 22 %, et des moments de 83 %. En même temps, le nombre d’aciers au ml diminue, ce qui réduit la conductivité thermique du rupteur. Et son empreinte carbone (car il y a moins d’aciers inox). 

Courant juillet de cette année, cette nouvelle ligne DFi a obtenu son Avis technique définitif.« Nous avions anticipé la sortie de la RE 2020 »,conclut Daniel Costa, directeur commercial et markéting de Schöck France. 

Sur Artibat : Hall 10A – Stand C47

Retrouvez l’ensemble du dossier sur les innovations d’Artibat