Q10/Rupteurs de ponts thermiques : Schöck se réjouit

Rédaction
20/08/2014

La proposition “Q10” de la réforme du mille feuille administratif prévoyait de déréglementé l'utilisation des rupteurs de ponts thermiques. Elle ne sera finalement pas appliquée. Ce qui réjouit Schöck.

Raphaël Kieffer, Directeur général de SchöckSuite à la conférence de presse “500 000 logements en périls ?”, organisée le 10 juillet dernier, à Paris par Schöck France, Pouget Consultants, Medieco et le groupement du Mur Manteau, les médias spécialisés ont enquêté et interrogé les responsables des 50 propositions sur la simplification des normes dans le cadre de la construction des 500 000 logements par an promis par le président François Hollande. Les organisateurs de la conférence ont averti des risques et du recul en arrière de la proposition dénommée “Q10” qui prévoyait de ne plus isoler les ponts thermiques. L’enquête et les interrogations des journalistes ont révélé que la proposition “Q10” ne sera finalement pas appliquée.

Une décision qui réjouit Raphaël Kieffer, directeur général de Schöck France : « C’est avec joie que nous avons accueilli l’annonce de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP) de ne pas modifier la règlementation actuelle relative au traitement des ponts thermiques. La qualité des habitats, tel qu’elle l’est actuellement, perdurera et le confort et la santé des habitants seront assurés. Les efforts et progrès effectués par le secteur du bâtiment sont donc confirmés ». Mais il ne compte pas en rester là : « Le traitement des ponts thermiques au coefficient linéique 0,6 doit à l’avenir ne plus être discuté et être acté. Ajoutons au passage que ce coefficient était à l’origine une valeur absolue dans le projet de la RT 2012, et qu’au dernier moment, la formulation de cette valeur a été modifiée pour devenir une valeur moyenne, autorisant ainsi la filière à ne faire qu’un traitement partiel des ponts thermiques, au mépris de l’homogénéité de l’isolation du bâti. Pour être en phase avec la performance des isolants des parois, cette valeur devra être encore abaissée à l’avenir et surtout retrouver une valeur absolue. Améliorer progressivement la qualité et la performance des habitats dans l’esprit de la Loi sur la transition énergétique pour aller vers la construction de Bâtiments à énergie positive, voilà quel doit être l’objectif des règlementations à venir ! ».