Polyuréthane : touti rikiki, maousse costo

Rédaction
24/02/2016

Aujourd’hui acteur reconnu de l’isolation, le polyuréthane cherche à donner de la voix. Et la création en 2012 du syndicat n’est autre que la première pierre de l’édifice en construction.

SNPU-BD« Entre 2012 et 2014, la part du polyuréthane rigide sur le marché des isolants est passée de 5 % à 9 % », annonce Hervé Fellmann, président du SNPU, c’est-à-dire le Syndicat national des polyuréthanes. Aujourd’hui, la filière s’octroie même les 10 %, soit près de 24 Mm2 fabriqués dans ses 5 usines françaises « Notre syndicat regroupe 6 membres actifs – Iko Insulations, Kingspan Insulation, Knauf, Recticel Insulation, Soprema et Unilin Insulation – qui assurent la production de 95 % des panneaux polyuréthane vendus en France, poursuit Philippe Henrot, président de la commission communication. Le SNPU réunit aussi 6 adhérents associés – BorsodChem, Covestro, Evonik, Gascogne Laminates, Huntsman et Stepan – qui sont les fournisseurs de matières premières de la profession. »

Aujourd’hui acteur reconnu de l’isolation, le polyuréthane cherche à donner de la voix. Et la création en 2012 du syndicat n’est autre que la première pierre de l’édifice en construction. L’objectif est de tordre le cou à quelques idées reçues, tel le comportement au feu du matériau. « Le polyuréthane ne se consume pas, ne fond pas et ne goutte pas lorsqu’il est chauffé, insiste Hervé Fellmann. Il va “meringuer”, c’est-à-dire gonfler et ne contribue pas à la propagation des flammes en cas d’incendie. » La démonstration en a été faite en 2014 lors d’essais en situation réelles de type Lepir II. Bien entendu, ceci est vrai s’il s’agit d’un polyuréthane de type PIR (polyisocyanurate). De nos jours, l’essentiel des isolants polyuréthane sont des PIR. Pour faire simple, il suffit de se rappeler que le PIR est le mieux !

Mais le message principal concerne les qualités intrinsèques du matériau. Celui-ci est résumé sous la forme de pictogramme dédié : une plume pour la légèreté, deux flèches appuyant sur un panneau pour l’épaisseur, un poids pour la résistance mécanique, un thermomètre pour la performance thermique et un sablier pour la durabilité. Eléments condensés dans une simple phrase : le polyuréthane est l’isolant d’épaisseur et de poids minimum pour des performances et durabilités maximum. “Touti rikiki, maousse costo”, en reprenant la signature de la publicité pour une marque de lessive dans les années 1990. Une campagne qui avait permis au lessivier de faire bondir sa notoriété et surtout d’augmenter ses ventes de 25 % sur 3 ans. Reste à espérer que le polyuréthane suivra le même chemin. En tous cas, c’est la mission que s’est attribuée le SNPU.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article