De 2000 à 2018, la part des femmes dans la construction a augmenté de 3,7 %. La féminisation du secteur se développe, et notamment, dans la direction d’entreprise.

De 2000 à 2018, la part des femmes dans la construction a augmenté de 3,7 %. [©FFB]
De 2000 à 2018, la part des femmes dans la construction a augmenté de 3,7 %. [©FFB]

Depuis les années 1990, la Fédération française du Bâtiment (FFB) mène des actions pour développer la féminisation des métiers et de toutes les fonctions. Dans ce secteur d’activité, les femmes occupent de nombreux postes, notamment de direction d’entreprise.

Ainsi, la proportion augmente de manière rapide dans la catégorie des cadres. De plus, en formation initiale, plus le niveau est élevé, plus le nombre de femmes est important. « Dans les années qui viennent, 40 % des entreprises seront à reprendre dans le secteur, explique Christine Petiteau, présidente des groupes “Femmes dirigeantes” de la FFB. Les femmes repreneuses constituent un réel atout pour la performance des entreprises ! »

De 8,6 % à 12,3 %

En chiffres, la féminisation du bâtiment se traduit par une petite progression. En 2000, la part de femmes dans ces métiers était de 8,6 %. En 2005, elle est passée à 9,9 %, puis est montée à 11,1 % en 2010 pour atteindre 11,7 % en 2014. L’année dernière, cette part représentait 12,3 %, dont 45,8 % occupaient des postes d’employées et de techniciennes, 19,4 % étaient des cadres et 1,5 % des ouvrières.

Du côté de l’entrepreneuriat, plus d’une entreprise sur deux est dirigée ou co-dirigée par une femme. Au sein de la FFB, 10 % des mandatrices sont de sexe féminin. Près de 3 000 sont membres des 94 groupes “Femmes dirigeantes” de la fédération. Enfin, 25 % de femmes sont à l’Ecole supérieure des jeunes dirigeants du bâtiment (ESJDB).

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article