Louis Vicat : L’inventeur du ciment artificiel

Rédaction
08/06/2006

Louis Vicat fut le compagnon et l’égal des plus grands savants de son époque. Il vécut la fantastique aventure scientifique d’un XIXe siècle flamboyant qui vit, en particulier, l’invention du ciment artificiel.

Louis Vicat [©Vicat]

Issu d’une famille modeste originaire de Roybon en Isère, Louis Vicat est né en 1786. Boursier d’Etat, il était désintéressé jusqu’à ne pas prendre de brevet pour son invention ! Celle du ciment artificiel. Il se considérait redevable à la collectivité de sa formation d’ingénieur. Elève surdoué, polytechnicien, il intègre l’Ecole des Ponts et Chaussées en 1806. Le destin se met en marche pour l’un des rares mathématiciens de cette époque à s’intéresser à une science nouvelle : la chimie.

En tant qu’ingénieur du corps des Ponts et Chaussées, Louis est d’abord nommé à Périgueux où on lui commande la construction complexe d’une route reliant cette ville à Brive. Par son seul génie mathématique, le tracé qu’il conçut permit de retrouver celui d’une voie romaine. Il se voit alors confier un projet plus ambitieux : la construction du pont de Souillac sur la Dordogne, qui allait être le terrain d’application [abonnés] de ses découvertes. Son esprit méthodique se met en œuvre pour trouver une solution à l’impossible. Les eaux de la Dordogne sont violentes et son lit mouvant, interdisant avec les techniques en usage en ce temps-là d’exécuter les fondations des piles du pont.

La découverte est capitale.

Pont de Souillac, sur la Dordogne, premier ouvrage au monde réalisé avec du ciment artificiel. [©Vicat]

Nous sommes en 1812. Les finances impériales sont au plus bas. Ce concours de circonstances incite Louis Vicat à rechercher de nouvelles techniques pour réaliser des fondations économiques et solides. C’est ainsi qu’il établit, en 1817, la loi de la fabrication du ciment artificiel. « L’hydraulicité des chaux est due aux proportions d’argile contenues dans les calcaires. » La découverte est capitale. Désormais, on allait enfin comprendre comment les mortiers devaient être fabriqués pour leur faire acquérir le maximum de résistance.

Un an plus tard, il publie le résultat de ses recherches dans les Annales des Ponts et Chaussées dans un mémoire intitulé : « Recherches expérimentales sur les chaux de construction, les bétons et les mortiers ordinaires ». Le jeune ingénieur présente le résultat de ses travaux à l’Académie des Sciences devant un aréopage de savants tels que Prony et Gay-Lussac. Ce prestigieux jury les approuve. Les principes de base de la fabrication du ciment artificiel prennent désormais le rang de loi scientifique. Louis Vicat a alors 32 ans !

Grâce à l’application de ses découvertes, il achève la construction du Pont de Souillac en 1822. Ouvrage monumental et remarquable de 180 m de long reposant sur des masses en béton, ce pont est entré dans l’histoire comme la première construction au monde réalisée avec du ciment artificiel.

Décorations et marques de gratitude

Fours dits « biberons ». Cimenterie de Genevrey-de-Vif. [©Vicat]

L’ouvrage réalisé, Louis Vicat est sollicité de toutes parts et chargé de missions dans tous les départements où des travaux importants sont en cours : construction de canaux en Bretagne en 1824, dans la Nièvre en 1825, en Dordogne en 1826, puis à la même époque pour le Canal du Rhône au Rhin.

En 1833, à l’âge de 47 ans, Louis Vicat est nommé membre correspondant de l’Institut de France au titre de l’Académie des Sciences. Mais c’est à Grenoble qu’il s’installe en 1836.

Jusqu’à sa mort en 1861, Louis Vicat publiera et diffusera le fruit de ses recherches. Il ne cessera de poursuivre ses travaux, auxquels il associera son fils Joseph, lui aussi polytechnicien. C’est à lui qu’il transmettra son exceptionnel savoir. Il se verra décerner décorations prestigieuses et marques de gratitude par l’Europe tout entière pour ses découvertes. En 1853, Joseph Vicat créera une première cimenterie au Genevrey-de-Vif en Isère. Le groupe Vicat venait de naître.

Au XXIe siècle, la fabrication du ciment artificiel repose toujours sur la formule élaborée par Louis Vicat…

Jacques Coret

*Auteur du livre : « Vicat, deux siècles au service du ciment », ouvrage est disponible auprès de la société Vicat[/abonnés.