L’architecte Franck Hammoutène s’en est allé

Administrateur
01/10/2021

L’architecte Franck Hammoutène s’est éteint le 14 septembre 2021. Il aimait le béton et en a assuré la promotion à travers son œuvre et sa présidence de l’association Bétocib.

Portrait de Franck Hammoutène, en 2010.
L’architecte Franck Hammoutène a disparu le 14 septembre 2021. [©ACPresse]

Un homme simple et accessible. Telle est l’image que je garde de l’architecte Franck Hammoutème. Né le 28 mai 1954, il est décédé le 14 septembre 2021 à Paris, à l’âge de 67 ans, des suites d’un accident vasculaire cérébral. Il aimait le béton. En 2010, il avait d’ailleurs accepté de prendre la présidence de l’association Bétocib1. Sur proposition de Daniel Kahane2, alors même qu’il était déjà président de l’Académie d’architecture. « Nous avons, vous (Béton[s] le Magazine) et nous (Bétocib), les mêmes objectifs qui sont de promouvoir la vérité du matériau, de faire connaître ses richesses et d’aider et de participer à la mise en commun des savoir-faire, m’avait dit à l’époque Franck Hammoutène, dans le cadre d’une interview. Le béton est devenu le matériau universel par excellence. Celui qui a permis la construction de masse, au sens noble du terme. Il est des plus disponibles sur la planète et, en même temps, un des plus techniques. Toujours montrer les qualités des ouvrages sans séparer l’architecture des matériaux, de leur utilisation et de leur mise en œuvre. »

Prix de la Première œuvre en 1986

Franck Hammoutène est venu au monde en 1954. Sa mère était originaire du Lot. Et son père, Ali Hammoutène, fut assassiné en 1962 lors d’un attentat commis par l’OAS… Ayant grandi à La Courneuve, il a étudié l’architecture à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais. Ce qui ne l’a pas empêché de mener, en parallèle, une activité de musicien électro-acoustique. En particulier en jouant de l’orgue dans le groupe de recherches musicales de Pierre Schaeffer…

Bacs à arbre en Bfup à Marseille.
Aménagement réalisé par Franck Hamoutène, dans le cadre de l’extension de l’Hôtel de ville de Marseille. [©ACPresse]

Ce n’est qu’en 1983 qu’il fonde son propre cabinet à Paris, après un début de carrière au sein de l’agence de Pierre Riboulet. Il se fait remarquer pour des réhabilitations et extensions de bâtiments parisiens. Puis, remporte le concours du pavillon français pour l’Exposition universelle de Séville, qui ne sera finalement pas construit… Si le siège de l’entreprise Atya, à Paris, est récompensé du prix de la première œuvre, c’est l’extension de l’Hôtel de ville de Marseille, en 2006, qui lui vaudra la consécration. Avec cette réalisation, il décrochera l’Equerre d’argent. Entre temps, il signera la magnifique église Notre-Dame de Pentecôte, mitoyenne du Cnit, dans le quartier de La Défense, près de Paris.

Un passionné d’architecture et de béton

Même s’il n’a pas été l’homme d’un unique matériau, le béton est resté omniprésent dans son œuvre. Et son engagement à la présidence de Bétocib en est un superbe témoignage. « C’est Franck Hammoutème qui est le créateur du concours Trophée Béton Ecoles, en 2011, avec la déléguée générale du Syndicat français de l’industrie du ciment de l’époque », rappelle Claire Barbou, architecte et secrétaire générale de Bétocib. Et de poursuivre : « Il laissera l’image d’un grand président, apprécié et passionné d’architecture et de béton. Un président engagé ».

Mais que pensait-il du béton, justement ? Et quelle était sa définition du “béton architectonique” ? « On a souvent désigné ainsi des ouvrages aux bétons apparents aux formes et aspects volontairement démonstratifs, voire exacerbés ou héroïques. Un béton architectonique est un béton – visible – utilisé au mieux de ses qualités et de sa nature. Un béton à la technicité, à la fabrication, à la pertinence d’utilisation, à la mise en œuvre et, bien entendu, à l’aspect maîtrisés. Beau ? Utile et qui se montre sans mentir ! Le juste béton. Mais, à vrai dire, c’est à vous que je pourrais poser cette question… », nous avait répondu Franck Hammoutène. Salut l’artiste. 

Frédéric Gluzicki

1Association d’information des professionnels de la construction pour valoriser la qualité esthétique et technique de l’architecture en béton.
2Daniel Kahane est un architecte français, prix de Rome en 1967, membre de l’Académie d’architecture. Il fut aussi le président de l’association Bétocib.