EFB : le béton entre les mains des futurs experts de la construction

Tom Comminge
22/10/2021

L’EFB souhaite améliorer la connaissance et l’utilisation du béton. A l’occasion du 13e Symposium international de doctorat, deux étudiants ont été récompensés sur deux catégories : la “RSE” et l’“innovation technologique”.

Sara Al Haj Sleiman, vainqueur du prix RSE et Christian Marcelo Martín, lauréat de la catégorie innovation technologique
Sara Al Haj Sleiman, vainqueur du prix RSE et Christian Marcelo Martín, lauréat de la catégorie innovation technologique [©EFB]

La fondation Ecole française du béton (EFB) souhaite valoriser et soutenir toutes les démarches améliorant la connaissance et l’utilisation du béton. A l’occasion du 13e Symposium international de doctorat, un congrès de spécialistes, deux prix EFB ont été décernés sur deux catégories : la “RSE” et l’“innovation technologique”.

L’EFB et la RSE : un enjeu majeur

Ainsi, Sara Al Haj Sleiman a remporté le prix dans la catégorie “RSE”. Elle est diplômée en ingénieriegénie civil de l’Université libanaise et de l’Ecole centrale de Nantes en 2018. Dans le cadre de sa dernière année de doctorat, elle a travaillé sur une thèse intitulée “Convention industrielle de formation par la recherche” (Cifre) associant l’Atilh à l’Ecole centrale de Nantes. Dans cette thèse, elle développe un nouveau protocole d’évaluation de la résistance du béton à l’écaillage par le gel/dégel.

Lire aussi : L’EFB et ESTP lancent le parcours de formation “ACV Digital Learning”

Ainsi, cette idée a permis d’optimiser les essais en laboratoire des industriels du béton. Sara Al Haj Sleiman s’est basée sur une démarche déjà existante. « Dans cette thèse, nous avons montré le manque de fiabilité des protocoles actuels, explique l’intéressée. Ceci nous a conduits à proposer une nouvelle évaluation de la résistance du béton à l’écaillage. En imposant un cycle de gel/dégel plus pertinent. Le choix s’est basé sur les conditions climatiques réelles auxquelles le béton est le plus souvent exposé. »

L’innovation technologique à l’honneur

La catégorie de l’innovation technologique a aussi trouvé son vainqueur autour d’une technique de stockage de CO2. Son nom : Christian Marcelo Martín, ingénieur génie civil. Diplômé de l’université de Buenos Aires, il a fait son doctorat en partenariat avec l’Ecole des Ponts ParisTech. En effetil a présenté son travail sur les interactions entre les micro-billes de verre creuses et le ciment dans des coulis destinés aux puits de conservation.

Lire aussi : Baume Innovation Award 2022 : participez-y !

Christian Marcelo Martín a élaboré cette démarche pour répondre aux enjeux environnementaux. « Dans un contexte de crise climatique, la capture et le stockage de dioxyde de carbone sont nécessaires. Et imposent des solutions pour garantir qu’il ne s’échappe pas. J’ai donc pu développer mon travail de recherche complet sur l’influence globale des micro-sphères de verres creuses dans les ciments utilisés pour la réalisation des puits de stockage de CO2. »