Cellumat : Comment bien mettre en œuvre le béton cellulaire ?

Yann Butillon
08/04/2018

Sur le marché de la construction, les blocs à base de béton cellulaire se distinguent par leurs qualités d’isolation thermique. Légers et ergonomiques, ces blocs de grand format se posent facilement à joints minces collés.

Retrouvez cet article dans le n° 75 de Béton[s] le Magazine

Les blocs en béton cellulaire sont fabriqués à partir d’un mélange de ciment, de chaux et de granulats, et cuit par autoclave.  [©Cellumat]
Les blocs en béton cellulaire sont fabriqués à partir d’un mélange de ciment, de chaux et de granulats, et cuit par autoclave. [©Cellumat]

I – Quelles sont les principales caractéristiques techniques d’un béton cellulaire ?

Le béton cellulaire est à la fois porteur et un excellent isolant thermique. Les blocs le doivent aux millions de bulles d’air présentes dans leur masse (jusqu’à 85 %). Ils sont en effet fabriqués avec un minimum de matières premières. A savoir, une combinaison intelligente d’eau, de sable, de chaux, de ciment et de béton cellulaire recyclé, ainsi que d’une quantité minime de poudre d’aluminium. Le mélange est coulé dans un grand moule, dans lequel il va gonfler jusqu’à ce qu’il prenne jusqu’à 7 fois son volume. Par réaction chimique, des bulles d’air se forment à l’intérieur du mélange. Lorsque le béton atteint une certaine dureté, il est cuit à la vapeur dans un four autoclave, qu’il quitte quand il est totalement durci et stabilisé. 

La fabrication des blocs ne demande que très peu d’énergie, la consommation énergétique se limitant à la mise en pression des autoclaves, ce qui contribue à leurs qualités écologiques. En plus de leurs atouts thermiques et mécaniques, dont les valeurs dépendent de l’épaisseur et de la densité des blocs, ceux-ci présentent d’excellentes capacités coupe-feu (Euroclasse A1 = meilleure résistance au feu). 

Slider image

Cellumat fournit un ensemble d’accessoires pour la mise en œuvre de ses blocs, comme des peignes adaptés à la largeur des blocs. [©Cellumat]

Slider image

La pose des blocs de béton cellulaire se fait par simple collage, l’ensemble de la gamme de blocs offrant des produits adaptés à tous les besoins d’un chantier. [©Cellumat]

La gamme de produits en béton cellulaire est très vaste, composée de blocs, de linteaux pleins,  de linteaux “U”, de blocs en “U”, de planelles d’about de dalle, voire même de coffres-tunnels pour volets roulants et coffres BSO. Et ce, avec comme objectif de construire aussi bien des logements individuels que collectifs. 

II – Quelles sont les précautions à prendre lorsque l’on veut construire avec du béton cellulaire ?

La mise en œuvre des blocs en béton cellulaire dépend du DTU 20.1 et des Eurocodes, pour lesquels les blocs sont classés dans le groupe 1, celui des blocs pleins. Il faut aussi tenir compte des calculs de structure inhérents à ce type de réalisations. Pour le reste, la pose des blocs ne nécessite pas de préparation ni de formation particulière. Ce qui est un atout supplémentaire. 

Cependant, des industriels proposent des concepts de construction complets. A ce titre, l’utilisation de blocs avec les accessoires qui leur sont destinés, est requise. De même pour les nœuds constructifs.

Slider image

Grâce à l’air qu’ils emprisonnent, les blocs de béton cellulaire Cellumat assurent une excellente isolation thermique. [©Cellumat]

Slider image

Outre leurs qualités thermiques, les blocs Cellumat sont aussi porteurs et coupe-feu. [©Cellumat]

III – Comment met-on en œuvre, de façon concrète, un béton cellulaire ? Y a-t-il des spécificités ?

La première étape consiste à préparer la colle. Elle est simplement mélangée avec de l’eau, puisqu’elle est déjà prédosée. Ensuite, la première rangée de blocs est posée sur un lit de mortier-colle. Chaque rangée est alors montée, en collant les blocs entre eux. Pour ceci, il faut répartir de façon homogène la colle sur les blocs du rang du bas. Le peigne permet l’application de la colle, afin de réussir le joint mince, qui les lie. 

Pour mettre en place les blocs, un  maillet en caoutchouc est utilisé, afin de ne pas les endommager. Ces derniers sont collés sur le rang du bas comme sur chacun de leurs côtés. Si quelques blocs dépassent un peu, ils peuvent être râpés grâce aux planches poncées fournies par les marques. Enfin, pour se faciliter leur pose, il est conseillé d’utiliser une scie à ruban, pour une coupe plus soignée qu’avec une scie à la main. Si cette pose ne varie pas selon les aléas climatiques, il est quand même plus compliqué de mettre en œuvre les blocs en période de gel… 

IV – Que faut-il faire une fois l’ouvrage achevé ?

Le béton cellulaire étant un bloc plein, il est de fait étanche aux intempéries dites “standards”. Mais une fois le gros œuvre terminé, il est cependant nécessaire d’enduire les murs, pour tenir dans le temps et résister aux fortes pluies et aux vents violents. Cet enduit doit être très pauvre en ciment et enrichi en chaux. En général, les industriels fournissent des produits parfaitement compatibles avec le type de blocs concerné. Là encore, il faut éviter de poser cet enduit en période de gel, mais aussi de grandes chaleurs, celui-ci pouvant sécher trop vite. 

Slider image

Avec une simple scie à main ou une scie à ruban, la découpe des blocs ne pose aucun problème. [©Cellumat]

Slider image

Le nouveau Passifbloc+ de Cellumat permet de construire des maisons passives, sans avoir à ajouter d’isolants. [©Cellumat]

V – Enduits extérieurs, finitions intérieures : comment faire ? Avec quels matériaux ?

Avant tout, les blocs de béton cellulaire sont des matériaux, qui s’usinent très facilement. Carottage, rainurage, perçage, tout se fait de façon aisée. Quant aux monomurs en béton cellulaire, ils doivent être enduits, encore une fois en évitant les enduits sans liants ciment. Mis à part pour des questions d’esthétisme, aucun matériau n’a besoin d’être ajouté aux monomurs en bloc de béton cellulaire. L’isolation thermique se fait de manière naturelle par les murs, de même que l’isolation phonique.

Propos recueillis par Yann Butillon, avec la collaboration de Marc Lacrosse, directeur technique de Cellumat.

Cellumat

Né en 2008, Cellumat est le deuxième fabricant de blocs en béton cellulaire présent sur le marché français. Dans l’usine ultra moderne de Valenciennes (59), l’industriel produit une nouvelle génération de blocs de béton cellulaire, avec notamment le Passibloc +, qui permet de construire passif sans l’ajout d’isolants.

Retrouvez cet article dans le n° 75 de Béton[s] le Magazine

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article