BigMat : “Béton Arty #2” avec Thomas Rouzière

Muriel Carbonnet
01/10/2020

Après le succès de “Béton Arty #1” en 2019, BigMat lance la 2e saison de sa saga Instagram. Cette fois-ci, en collaboration avec l'artiste Thomas Rouzière.

C’est au tour l'auteur de bandes dessinées Thomas Rouzière de prendre le relai et de relever le défi de “Béton Arty” de BigMat. [©BigMat]
C’est au tour l’auteur de bandes dessinées Thomas Rouzière de prendre le relai et de relever le défi de “Béton Arty” de BigMat. [©BigMat]

« Lorsque BigMat a décidé en septembre 2018 de repenser sa plate-forme de marque, il a cherché à remettre l’humain au cœur de son histoire », indique Ludovic Bonnet, directeur marketing et communication chez BigMat. Le fournisseur de matériaux de construction veut redonner à ses adhérents et clients leur lettre de noblesse.

Qu’à cela ne tienne, il se dirige vers l’agence de création et de communication So Bam. Ensemble, ils donnent carte blanche à l’illustratrice parisienne Sheina Szlamka.

Ludovic Bonnet, directeur marketing et communication chez BigMat. [©BigMat]
Ludovic Bonnet, directeur marketing et communication chez BigMat. [©BigMat]

« En 2019, la campagne nous avait permis de toucher plus d’un million de personnes. Et de multiplier par dix le nombre de nos followers sur les réseaux sociaux. Enfin, d’augmenter de 40 % le trafic sur notre site web. »

C’est au tour l’auteur de bandes dessinées Thomas Rouzière de prendre le relai et de relever le défi.

Béton Arty, une folle saga Instagram

Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

L’opération Béton Arty a été pensée pour redonner de la valeur aux métiers de l’artisanat. « Elle mixe de manière parfaite chantier et art, gros œuvre et œuvres d’art. » C’est l’univers du cartoon qui est désormais à l’honneur avec Thomas Rouzière. Un bel hommage rendu aux artisans, artistes du quotidien. Ceci, à travers un univers inspiré du Toon me, mêlant photos de chantiers et dessins.

L’artiste va encore plus loin avec ce type de photos réelles en noir et blanc, qu’il retravaille avec des illustrations graphiques et colorées. Pour amener quelque chose de différent sur le lieu de travail des artisans.

Tout un univers, celui de Béa, l’héroïne à qui est confiée une mission : “Béa, la couleur est en train de s’effacer du monde. Tu dois réparer la fuite. Trouve la source, rends ses couleurs au monde”. Tout un programme qui s’inscrit à merveille dans l’ère du temps et des restrictions sanitaires. Son créateur, Thomas Rouzière, accompagne Béa sur des chantiers post-apocalyptiques. Ceci, afin qu’elle y apporte, semaine après semaine, un élan de vie et de gaieté. Et de couleur…

Chaque vendredi, son aventure déclinée en 20 posts sera résolument participative. Poétique, généreux et organique, le monde de Béa évoluera au gré de l’implication d’influenceurs du monde brico-déco, qui pourront influer sur le cours des évènements et co-dessiner, à son côté, un monde meilleur.

Béa, fais-nous rêver…

Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

« Béa est une aventurière curieuse et insouciante. Parfois même oisive, mais toujours malicieuse. Je fais suivre aux artisans une vraie BD. Elle est inspirée d’un manga japonais des années 1980 “Docteur Slump”. Béa a ce côté innocent. Le chantier devient une scène de théâtre pour elle. Elle s’amuse à détourner un bloc béton en falaise. Elle se demande quelle créature va surgir d’un coin obscur… Elle est drôle et haute en couleur. Je vis en même temps l’aventure que les internautes, qui m’envoient des retours. C’est très enrichissant », s’enthousiasme Thomas Rouzière. 

« Faire rêver et nourrir l’imaginaire de la jeune générations des artisans, les 18-30 ans, les architectes et les décorateurs d’intérieur, voilà notre objectif. Les autres ne sont pas en reste, mais sont peut-être moins formés aux réseaux sociaux », conclut Ludovic Bonnet.

Muriel Carbonnet

Retrouvez l’opération Béton Arty #2 ici.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article