Lancement du label Bâtiment bas carbone

Rédaction
04/12/2015

Lancée à l’occasion de la Green Building Week en septembre dernier et dans le contexte actuel de la COP21, le label BBCA vient de voir le jour. Explications.

5-Actus BI23-BDDéjà lancée dans un premier temps à l’occasion de la Green Building Week en septembre dernier, la nouvelle Association pour le développement du bâtiment bas carbone (BBCA) considère que la performance environnementale du bâtiment ne doit pas se résumer à sa performance énergétique. Elle doit surtout prendre en considération les émissions de carbone sur l’intégralité du cycle de vie, de la construction à l’exploitation, jusqu’ à la fin de vie d’un bâtiment. « La prise en compte des émissions carbone était le chaînon manquant de l’effort environnemental accompli jusqu’à présent par les acteurs du bâtiment. A l’heure actuelle, l’urgence, c’est le climat et le climat, c’est le carbone », explique Stanislas Pottier1, président de l’association BBCA. Parmi les premières missions de l’association : la mise au point d’un référentiel de mesure de l’empreinte carbone des bâtiments qui permettra d’identifier les “bonnes pratiques” pour guider tous ceux qui souhaitent s’engager dans la voie de la construction bas carbone. L’association compte parmi ses membres fondateurs, des architectes, les principaux promoteurs immobiliers, des entreprises de construction et des bureaux d’ingénierie environnementale.

Dans un contexte favorable de la COP21, associé à l’adoption de la loi sur la Transition Energétique et de la Stratégie nationale bas carbone, l’association pour le développement du bâtiment bas carbone (BBCA), le CSTB et Certivéa viennent de lancer le le 1er label Bâtiment Bas Carbone.

Délivré par Certivéa à partir du printemps 2016, le label BBCA complètera les dispositifs d’évaluation de la performance environnementale existants. Ce label permettra de mesurer l’empreinte carbone des bâtiments tout au long de leur cycle de vie (construction- exploitation-fin de vie). Ce label sera disponible en mars 2016 pour les bureaux, logements collectifs, commerces avec une ouverture possible aux hôtels, bâtiments logistiques et équipements publics. L’obtention se fera en deux étapes : un label provisoire en fin de conception (DCE) et un label définitif en fin de réalisation (DOE). Il en coûtera entre 6 000 et 7 000 €.
1Stanislas Pottier est directeur du développement durable du groupe Crédit Agricole.