Woc Europe : le rendez-vous de la filière béton

Rédaction
19/06/2014

Dans moins d’un an maintenant, le premier World of Concrete Europe ouvrira ses portes en même temps qu’Intermat. Ce rendez-vous sera 100 % dédié à la filière béton. Maryvonne Lanoë, commissaire générale du salon, nous en dresse le portrait détaillé.

Woc-EuropeDans moins d’un an maintenant, le premier World of Concrete Europe ouvrira ses portes en même temps qu’Intermat. Ce rendez-vous sera 100% dédié à la filière béton. Maryvonne Lanoë, commissaire générale du salon, nous en dresse le portrait détaillé.

Béton[s] le Magazine : Le premier World of Concrete Europe (Woc Europe) sera organisé à Paris, en avril 2015. Pouvez-vous nous présenter le concept de ce salon et son origine ?

Maryvonne Lanoë : Woc Europe est un développement de salon à part entière, et trouvera sa place dans le cadre d’Intermat, car relié à l’éco-système des matériels pour le béton. Ceux-ci, qu’il s’agisse d’outils pour la production, le transport ou le moulage, sont déjà présents sur Intermat, y occupant quelque 200 000 m2. C’est en cela que je parle d’éco-système. Woc Europe va permettre de rassembler pour la première fois de manière exhaustive l’amont et l’aval de la filière. Ce sera un rendez-vous de matériels, mais surtout de matériaux béton, qui ne disposent pas réellement encore de lieu d’exposition dédié en tant que tel. Woc Europe s’inspirera du modèle original de Las Vegas qu’une grande partie de la filière connaît bien et qui sait apporter l’information et les connaissances techniques sur ce matériau. Un tel rendez-vous manquait en Europe.

BLM : Une filiation avec le salon Intermat ne risque-t-elle pas de brouiller le message ?

M. L. : Par définition, Intermat est le salon des matériels et des équipements pour la construction, et pour l’industrie des matériaux et donc le béton. La création dans ce contexte du Woc Europe est une formidable opportunité de réunir en un même lieu tous les acteurs du secteur et de faire d’Intermat et du Woc Europe le grand rassemblement international pour la construction au printemps et à Paris. Ceci nécessite bien sûr une signalétique adaptée, mais aussi une organisation spécifique, d’où l’instauration d’un comité de pilotage composé d’experts de la filière béton1. Son rôle est, d’ores et déjà, de définir avec les organisateurs les grandes orientations et les thèmes fédérateurs du salon. Cette première édition a pour ambition de rassembler l’ensemble des acteurs de la profession de toute la zone “Europe”, mais aussi francophone.

BLM : Quels devraient être les points forts et les particularités du Woc Europe ?

M. L. : Comme à Las Vegas, Woc Europe mettra en évidence le triptyque “Exposition – Conférences – Démonstrations”, la manifestation s’articulera donc autour de ce concept. Le visiteur pourra découvrir, d’une part les systèmes et principes constructifs offerts par le béton et, d’autre part, les matériels indispensables pour leur réalisation ou leur mise en œuvre. Ensuite, il pourra apprendre et se former, à travers les sessions des conférences qui seront avant tout didactiques et simples d’accès. A l’image de ce qui se pratique avec succès de l’autre côté de l’Atlantique. Enfin, il pourra s’étonner et même s’émouvoir devant les démonstrations en “live” durant tout le Woc Europe. Sans doute le point d’orgue du salon.

BLM : Qu’est-ce qui distingue Woc Europe des autres rendez-vous “béton” européens ?

M. L. : A vrai dire, l’ambition du Woc Europe est de se positionner comme le salon exhaustif et supra national du béton. Les autres rendez-vous – de grande qualité – restent soit locaux, soit limités à un créneau unique ou à un aspect particulier.

BLM : Quel est le public visé par ce salon ? Comment pensez-vous mobiliser les acteurs internationaux à se rendre sur le Woc Europe ?

M. L. : Outre le visitorat traditionnel d’Intermat, Woc Europe s’adresse à l’ensemble des acteurs de la filière béton : du prescripteur – ingénieur, architecte, donneur d’ordres – à l’applicateur spécialisé, en passant par le maçon, l’entrepreneur en BTP, le préfabricant, le technico-commercial ou encore le formateur, qu’il soit français ou international. A ce niveau, nous sommes en train de nouer des partenariats avec les associations nationales et européennes de la filière béton. En Amérique du Nord, Hanley Wood, le propriétaire de la marque World of Concrete, est déjà très mobilisé et tout à fait impliqué pour faire connaître le Woc Europe outre-Atlantique.

Propos recueillis pas Frédéric Gluzicki

 1A ce jour, le comité de pilotage du Woc Europe intègre Cimbéton, l’Unesi (Union nationale des entreprises de sols industriels), le Specbea (syndicat des “Spécialistes de la chaussée en béton et des aménagements”, la FFB-UMGO (Union de la maçonnerie et du gros œuvre), Synfad (Syndicat national des fabricants de couches d’usure pour sols industriels et décoratifs), Cisma (Syndicat des équipements pour construction, infrastructure, sidérurgie et manutention), et les entreprises Holcim, Moderne Méthode, Minéral Service, et Béton[s] le Magazine.