L’Union des industriels et constructeurs bois (UICB) transforme son organisation et rassemble désormais un grand nombre de syndicats professionnels du secteur du bois.

« L'enjeu est de changer en profondeur la manière de concevoir, de construire, d’exploiter et de déconstruire un bâtiment », explique Frédéric Carteret, nouveau président de l'UICB. [©Crédit Agricole d'Aurillac]
« L’enjeu est de changer en profondeur la manière de concevoir, de construire, d’exploiter et de déconstruire un bâtiment », explique Frédéric Carteret, nouveau président de l’UICB. [©Crédit Agricole d’Aurillac]

L’Union des industriels et constructeurs bois (UICB) débute l’année sur une nouvelle forme. En effet, l’organisme a mené une refonte de ses services en fin d’année. Il regroupe désormais 8 des 11 syndicats professionnels1 du secteur du bois et du biosourcé dans la construction. L’organisation a aussi été renouvelée avec la nomination de Frédéric Carteret (président-fondateur de la société Ami Bois) à la présidence et d’un nouveau conseil d’administration.

Rassemblant 300 entreprises qui emploient plus de 40 000 salariés, l’UICB compte porter les valeurs de la filière et aborder efficacement les problématiques actuelles. « L’enjeu n’est pas simplement de substituer des matériaux biosourcés à d’autres, explique Frédéric Carteret. Mais de changer en profondeur la manière de concevoir, de construire, d’exploiter et de déconstruire un bâtiment. Et ce, afin de maîtriser l’impact environnemental du secteur de la construction. En simplifiant notre organisation, nous apporterons une meilleure visibilité aux actions de l’UICB pour contribuer à cette évolution nécessaire. »

Une nouvelle année active pour l’UICB

Pour cette nouvelle année, l’UICB mènera plusieurs combats. Dans le cadre de la future RE 2020, l’Union défend une vision ambitieuse. Elle s’attache à promouvoir le plafonnement des émissions de carbone au-delà desquels il n’est pas possible de construire. Mais aussi, la mise en place d’un indicateur qui précise la quantité de carbone stockée dans le bâtiment.

Frédéric Carteret , président-fondateur d'Ami Bois et nouveau président de l'UICB. [©H.Ressayre]
Frédéric Carteret , président-fondateur d’Ami Bois et nouveau président de l’UICB. [©H.Ressayre]

Concernant le label “Bâtiment biosourcé”, l’organisme souhaite la publication rapide du décret, qui instaure le label révisé. Et, la mise en œuvre de moyens de communication significatifs par les pouvoirs publics, afin de démocratiser ce dispositif.

Par ailleurs, l’UICB entend travailler davantage sur le volet “économie circulaire”. Avec la prise en compte de la spécificité des matériaux biosourcés renouvelables pour constituer une filière de collecte et de valorisation des déchets du bâtiment. L’Union de professionnels propose de lancer des groupes de travail, sous le patronage des pouvoirs publics. Une initiative qui permettrait de lever les freins réglementaires, juridiques et assurantiels au réemploi des matériaux du bâtiment, selon l’UICB.

1L’UICB se compose désormais de l’Afcobois, l’Afeb, l’Apibois, du Bab, du CLT-France, du RBR, du Scibo, du SNBL, du Symob, de l’AICB, de l’ATF-BPT et du SNAPB.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article