La réalisation de bâtiments passifs demande un vrai savoir-faire et des matériaux adéquats. Retour sur plusieurs ouvrages où les ponts thermiques ont été traités à l’aide de rupteurs Schöck.

Retrouvez l’édition numérique de Bâti & Isolation n°11.

Construire un bâtiment passif demande un vrai savoir-faire. Une réflexion globale aussi bien sur le mode opératoire que sur les matériaux et équipements mis en œuvre. Qui dit “faible consommation d’énergie”, dit “optimisation des pertes de chaleur et de l’inertie du bâti”.

Ainsi, les notions d’étanchéité à l’air et de ponts thermiques sont des incontournables. C’est de façon logique que Schöck, spécialisé dans la conception de rupteurs de ponts thermiques, s’inscrit dans la réalisation de constructions passives.

Voici trois retours d’expériences.

Résidence Solatium à Vandœuvre-lès-Nancy

A Vandoeuvre-lès-Nancy (54), les résidences Myosotis et Solatium ont été labélisées par la Fédération Française de la Construction Passive.[©Schöck - Sébastien Dardard]
A Vandoeuvre-lès-Nancy (54), les résidences Myosotis et Solatium ont été labélisées par la Fédération Française de la Construction Passive.[©Schöck – Sébastien Dardard]

Dans un quartier résidentiel, à Vandœuvre-lès-Nancy (54), le bailleur social Meurthe-et-Moselle Habitat (mmH) a fait le choix de réaliser un programme énergétiquement ambitieux. En effet, afin d’anticiper les futures évolutions réglementaires et environnementales, le maître d’ouvrage a inscrit dans le cahier des charges de la construction de la Résidence Solatium, l’atteinte du label Passivhaus.

« Ce label se nourrit d’une démarche environnementale de grande envergure pour préserver les ressources naturelles, explique Lionel Mahauet, directeur général de mmH. Et, de la nécessité de réduire les charges de nos locataires, de jouer à la baisse sur leur facture énergétique et à la hausse sur leur pouvoir d’achat. »

Mise en oeuvre sur chantier des rupteurs Schöck Isokorb QXT. [©Schöck - Sébastien Dardard]
Mise en oeuvre sur chantier des rupteurs Schöck Isokorb QXT. [©Schöck – Sébastien Dardard]

Pour se faire, le bailleur s’est tourné vers l’agence Rolf Matz Architecture, spécialisée dans la conception bioclimatique, les bâtiments passifs et l’éco-construction. « En construisant des résidences passives, mmH a fait un choix innovant, souligne Rolf Matz, architecte. Une résidence passive est 10 à 15 fois plus performante qu’une résidence labellisée BBC. Et ce, grâce à une succession d’isolants continus sur l’intégralité des surfaces. Donc très peu de ponts thermiques, très peu de déperditions et des économies de charges à la clef pour le locataire ! »

Tout le bâtiment a été modélisé avant la construction. « Pour mieux appréhender l’interaction des différents corps d’état et ainsi optimiser certains postes, comme l’a été celui des fluides par exemple », précise l’architecte. La résidence Solatium comprend 14 logements pour séniors répartis sur deux étages. Ici, des loggias et des balcons rythment l’architecture sobre du bâtiment.

Modéliser pour mieux optimiser

A la base, ces derniers, ainsi que les coursives devaient être conçus en structure métallique. Fournisseur de rupteurs de ponts thermiques pour ce chantier, Schöck a préconisé l’usage du béton. Ainsi, au niveau des liaisons mur-dalle des loggias (20 au total), l’industriel a mis en œuvre ses rupteurs structurels Schöck Isokorb QXT.

L’ITE comme instrument de la construction passive

Pour Schöck, l’isolation thermique par l’extérieur va de pair avec la construction passive et particulièrement avec le label Passivhaus. Pourtant la technique, un peu plus coûteuse, peine à se développer en France. Pays, ou l’ITI reste maître. « Aujourd’hui, les chantiers passifs sont déclenchés par la volonté de l’architecte, explique Daniel Costa, directeur commercial et marketing chez Schöck. Et l’ITE ne se développe pas forcément en France, contrairement aux voisins européens. Ce type de labels, comme le E+C-, peut faire basculer les choses, mais pour le moment la situation économique est compliquée. De plus, les esquisses de la RE 2020 ne sont pas vraiment favorables. Nous allons continuer à construire des passoires thermiques que nous allons rénover dans 30 ans… » Schöck milite pour un traitement homogène de l’enveloppe du bâtiment. « La démarche doit venir des consommateurs. Comme dans l’alimentaire avec le bio, l’éveil des consciences doit se faire de manière individuelle avant d’être collective. Elle ne se fera ni par la politique, ni par les industriels. Notre rôle est d’expliquer, de faire de la pédagogie sur les techniques existantes. »

Ils garantissent la continuité de l’isolation du bâtiment, là où celle-ci serait interrompue par une liaison structurelle entre la dalle intérieure et la dalle de loggia. Tout en reprenant l’effort tranchant. Des rupteurs Schöck Isokorb KXT ont aussi été déployés au niveau des balcons en porte-à-faux. Ce type de produits correspond bien à l’enjeu du chantier, puisque le Passivhaus Institut en Allemagne certifie déjà la gamme XT de l’industriel.

Mise en oeuvre sur chantier des rupteurs Schöck Isokorb KXT pour assurer la continuité de l’isolation au niveau des balcons en porte-à-faux. [©Schöck - Sébastien Dardard]
Mise en oeuvre sur chantier des rupteurs Schöck Isokorb KXT pour assurer la continuité de l’isolation au niveau des balcons en porte-à-faux. [©Schöck – Sébastien Dardard]

Afin d’assurer le pari du passif, le traitement des ponts thermiques à l’aide de rupteurs a été associé à des équipements performants. La résidence bénéficie de menuiseries en PVC triple vitrage, passives et certifiées. Ces dernières disposent d’une occultation par brise-soleil orientables. Un point important dans le cadre d’une conception bioclimatique. Enfin, une VMC double flux complète le dispositif.

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article