Rhône : Un déversoir en deux pièces

Yann Butillon
26/09/2020

C’est Alkern et son usine de production d’éléments d’assainissement de Rivas (42), qui ont fabriqué le déversoir d’orage pour la métropole de Lyon.

Retrouvez l’article dans le Béton[s] le Magazine n° 90.

Le déversoir réalisé par Alkern a été installé par l’entreprise locale Stracchi. [©Alkern]
Le déversoir réalisé par Alkern a été installé par l’entreprise locale Stracchi. [©Alkern]

Pendant la période des congés d’été, la métropole de Lyon a lancé un lourd chantier d’assainissement entre Couzon-au-Mont-d’Or et Albigny-sur-Saône. Son but ? Remplacer le dispositif de collecte sous-dimensionné des eaux pluviales. Le tout sur plus de 3 km. Au cœur du projet, la mise en place d’un déversoir d’orage, capable de faire face à toutes éventualités. C’est Alkern et son usine de production d’éléments d’assainissement de Rivas (42), qui l’ont fabriqué. 

« C’est un élément que nous avons l’habitude de concevoir et de produire, insiste Guillaume Lermet, en charge du projet pour Alkern. Même si ses dimensions nous ont obligés à le concevoir d’une manière un peu particulière. » En effet, avec une taille de 4,15 m x 4,60 m x 4, 40 m, pour un poids total de 70 t, impossible de faire prendre la route à une telle pièce. « Nous l’avons “découpé” en deux parties au moment de la production, avec des aciers en attente, pour couler sur place une jointure. » Du côté des bétons, pas de formulation particulière pour ce site, qui ne devrait pas être soumis aux attaques chimiques. « Nous avons utilisé un béton auto-plaçant d’assainissement habituellement employé pour ce type de pièces. »

L’entreprise locale Stracchi s’est chargée de la mise en place à la grue et du coulage de complément. De son côté, Alkern a aussi livré une chambre à vanne adaptée à un régulateur de bonne dimension, puisque cette seconde pièce pèse 20 t. L’ensemble du chantier devrait être terminé pour l’été 2021.

Retrouvez l’article dans le Béton[s] le Magazine n° 90.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article