Les propositions de la Convention citoyenne pour le climat

Sivagami Casimir
23/06/2020

Le weekend du 19 au 21 juin, la Convention citoyenne pour le climat a délibéré pour la dernière fois. Dans la catégorie “se loger”, elle a dégagé trois grands axes.

La Convention citoyenne pour le climat a délibéré pour la dernière fois. [©Convention citoyenne pour le climat]
La Convention citoyenne pour le climat a délibéré pour la dernière fois. [©Convention citoyenne pour le climat]

Le weekend du 19 au 21 juin, la Convention citoyenne pour le climat a délibéré pour la dernière fois. Ce dimanche, la convention a remis à Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, près de 150 propositions, regroupées en une petite cinquantaine d’objectifs. Le but ? Réduire d’au moins 40 % les émissions de CO2 de la France d’ici 2030. Et atteindre la neutralité carbone en 2050. Durant 9 mois, les citoyens tirés au sort ont planché sur des propositions concrètes qui seront soumises, soit au référendum, soit au vote du Parlement ou en application directe. Plusieurs thématiques ont été abordées : “se déplacer” (11 objectifs), “consommer” (5 objectifs), “se loger” (3 objectifs), “produire/travailler” (10 objectifs) et “se nourrir” (14 objectifs). Dans la catégorie “se loger”, la Convention citoyenne pour le climat a dégagé trois grands axes.

– Rendre obligatoire la rénovation énergétique des bâtiments d’ici 2040 :

Dans ce grand volet, la Convention propose de contraindre les propriétaires occupants et les bailleurs à rénover de manière globale. Les citoyens demandent aussi à ce que les professionnels du bâtiment soient formés pour ce type de demandes. Mais aussi, pour que tous les corps de métier engagent une transition ferme vers des pratiques éco-responsables. Cet objectif s’intéresse aussi au système d’aides à la rénovation ou encore au changement des chaudières au fioul…

– Limiter de manière significative la consommation d’énergie dans les lieux publics, privés et les industries :

Dans cet objectif, la Convention citoyenne souhaite contraindre les espaces publics et les bâtiments tertiaires à réduire leur consommation d’énergie. Pour elle, il faut aussi changer les comportements des particuliers avec des mesures plus incitatives. La Convention préconise aussi la limitation du recours au chauffage et à la climatisation dans les lieux de vie, les espaces publics et tertiaires. Et ce, en établissant une température moyenne maximale de 19 °C et en renonçant à la climatisation en dessous de 25 °C.

– Lutter contre l’artificialisation des sols et l’étalement urbain, en rendant attractive la vie dans les villes et les villages :

Dans cet objectif, 12 propositions sont mises en exergue. Parmi lesquelles, la réduction par 2 de l’artificialisation des sols et la protection accrue des espaces naturels, agricoles périurbains et les forêts périurbaines. La Convention propose aussi d’évaluer le potentiel de réversibilité des bâtiments avant démolition ou encore, le financement de rénovations des logements dans les petites communes.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article