Premiers résultats du baromètre Boreal

Rédaction
16/12/2014

L’Agence nationale de l’habitat et le Club de l’Amélioration de l’habitat lancent “Boreal”, un nouveau baromètre de suivi trimestriel des marchés de l’entretien-amélioration du logement.

Holcim-1-BDL’Agence nationale de l’habitat et le Club de l’Amélioration de l’habitat lancent “Boreal”, un nouveau baromètre de suivi trimestriel des marchés de l’entretien-amélioration du logement.
Menée par le cabinet BIIS, bureau d’études spécialisé dans l’observation des métiers du bâtiment (www.biis.biz), l’enquête permettant la construction du baromètre consiste à recueillir des données d’activité auprès de 6 000 professionnels (artisans, TPE, PME, grandes entreprises), travaillant pour des chantiers d’amélioration et d’entretien du parc privé métropolitain, soit un potentiel de 33 millions de logements. Tous les trimestres, un échantillon représentatif de ces professionnels sera interrogé sur l’ensemble de leur activité. Le baromètre donnera deux types d’informations : quantitatives et qualitatives.
Pour la quantité, 3 millions de chantiers ont été achevés dans le courant du 3e trimestre 2014. 70 % des chantiers terminés par les entreprises dans le courant du 3e trimestre 2014 sont des chantiers d’entretien amélioration dans le domaine résidentiel (les autres chantiers étant soit des constructions neuves, soit des extensions, des agrandissements, des surélévations). Ils représentent un chiffre d’affaires de 12 Md€. Ils représentent la donnée “de départ” que les vagues suivantes utiliseront comme point de référence pour mesurer l’évolution du marché d’un trimestre à l’autre ou d’une année sur l’autre. Alors que 72 % des chantiers signés par les entreprises pour les mois prochains sont des chantiers d’entretien amélioration (les constructions neuves, extensions, agrandissements ou encore surélévations représentent 28 % des chantiers restants).
Pour les données qualitatives, on retiendra que 75 % des entreprises estiment que l’activité se maintiendra le trimestre prochain, même si les entreprises restent préoccupées par la vigilance constante qu’elles doivent porter à leur carnet de commandes (essentiellement les artisans). De plus, 14 % des entreprises en moyenne ont suivi une formation, dont 80 % concernait essentiellement les travaux d’économies d’énergie. Cette donnée permet de montrer que les entreprises investissent ce champ, notamment grâce au label RGE, dont la notoriété est avérée, mais doit être confortée : en effet, une entreprise sur 2 connaît la mention, 1 entreprise sur 4 en dispose ou envisage d’en disposer.