Prolongeant le constat de Gaston Bachelard selon lequel « L'homme, l'animal, l'amande, tous trouvent le repos maximum dans une coquille », plusieurs architectes, installés en France, mènent simultanément, dès la fin des années 1950, des recherches sur le voile de béton. Naissent alors les maisons bulles.

Pascal Hausermann et Claude Costy, pour la permanence médicale de Cornavin à Genève, 1971-1972. [©Raphaëlle Saint-Pierre et Stanislas Boutmy]
Pascal Hausermann et Claude Costy, pour la permanence médicale de Cornavin à Genève, 1971-1972. [©Raphaëlle Saint-Pierre et Stanislas Boutmy]

De nouvelles figures d’architectes et d’artistes participent à un élan d’émancipation plastique et de libération de la forme. Refusant la pure abstraction, ils s’orientent vers le naturalisme. Ils expérimentent des formes organiques qu’ils estiment plus proches de la sensibilité humaine. Un rejet du Mouvement moderne

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne