LafargeHolcim se réorganise en Inde et change de président du CA

Rédaction
10/02/2016

LafargeHolcim a reçu l’autorisation de la Commission de la concurrence indienne (CCI) de céder Lafarge India. Dans le même temps, la direction de LafargeHolcim se réorganise.

Dr. Wolfgang Reitzle.

Dr. Wolfgang Reitzle.

LafargeHolcim a reçu l’autorisation de la Commission de la concurrence indienne (CCI) de céder l’entité Lafarge India, qui opère trois cimenteries et deux stations de broyage, d’une capacité totale d’environ 11 Mt/an. La société a également des activités dans les granulats et est un des principaux fabricants de béton prêt à l’emploi du pays. Cette transaction est une solution alternative proposé dans le cadre de la fusion entre Lafarge et Holcim et fait maintenant partie de l’objectif du groupe de désinvestir 3,5 Md CHF (3,2 Md €) d’actifs en 2016. « Nous serons présents en Inde à travers nos filiales ACC Ltd et Ambuja Cements Ltd [ndrl : filiales d’Holcim au départ], avec une capacité combinée d’environ 63 Mt de ciment et un réseau de distribution qui couvre l’ensemble du pays. De nombreuses opportunités de développement de notre activité en Inde existent à travers notre réseau de plus de 100 000 points de vente et en réponse aux besoins d’infrastructures dans un pays, qui connaît une urbanisation croissante », a indiqué Eric Olsen, directeur général de LafargeHolcim.

Hasard du calendrier, LafargeHolcim vient aussi d’annoncer la nomination de Martin Kriegner, aujourd’hui directeur Europe centrale, au poste de directeur Inde. Ceci, à compter du 1er mars 2016. Une promotion qui fait suite au départ à la retraite Bernard Terver, qui occupait cette fonction jusqu’à présent. De nationalité autrichienne, Martin Kriegner est diplômé de l’université de Vienne avec un doctorat en droit et un MBA en économie. Il rapportera directement à Eric Olsen.

Dans le même temps, la direction de LafargeHolcim se réorganise. En effet, Wolfgang Reitzle, président du Conseil d’administration, a informé ce dernier qu’il ne solliciterait pas un nouveau mandat lors de l’Assemblée générale annuelle du groupe en mai 2016. Le conseil a décidé de proposer aux actionnaires l’élection de Hess Beat, comme président. D’autres noms devraient être proposés d’ici mai. A suivre donc…