La fusion Lafarge – Holcim autorisée

Rédaction
16/12/2014

Lafarge et Holcim attendaient le feu vert de la Commission européenne pour passer à la phase finale de leur fusion. Ils l’ont obtenu.

LafargeHolcim-Soiron-LafontLafarge et Holcim attendaient le feu vert de la Commission européenne pour passer à la phase finale de leur fusion. Ils l’ont obtenu. En dialogue constant avec la Commission, les deux entités avaient établi une liste d’actifs à céder en Europe pour correspondre aux règles de concurrence. A l’exception d’une modification mineure en France, cette liste est aujourd’hui identique à la version de départ, correspondant ainsi aux demandes de la Commission. « Nous accueillons avec une grande satisfaction la décision positive de la Commission. Elle reflète la qualité du travail accompli par nos équipes pour préparer la naissance de ce groupe à l’avant-garde de notre industrie. Grâce à cette autorisation, nous restons plus que jamais en bonne voie pour finaliser la fusion au premier semestre 2015 », ont déclaré Prof. Dr. Wolfgang Reitzle, futur Chairman du conseil d’administration, et Bruno Lafont, futur CEO du nouveau groupe.
Ainsi, Lafarge et Holcim poursuivent activement leurs négociations avec les acquéreurs potentiels de leurs actifs, qui devront être préalablement approuvés par la Commission européenne. Ces désinvestissements restent conditionnés à la finalisation du projet de fusion, qui inclut la réussite de l’offre publique d’échange et son approbation par les actionnaires de Holcim au cours du second trimestre 2015.

Les deux entreprises proposent les cessions suivantes en Europe :
• France : tous les actifs de Holcim, à l’exception de la cimenterie d’Altkirch et des sites béton et granulats dans la région du Haut-Rhin, et d’une station de broyage de Lafarge à Saint-Nazaire. A La Réunion, les actifs de Lafarge, exception faite de sa participation dans Ciments de Bourbon.
• Allemagne : les actifs de Lafarge.
• Hongrie : les actifs opérationnels de Holcim.
• Roumanie : les actifs de Lafarge.
• Serbie : les actifs de Holcim.
• Slovaquie : les actifs de Holcim.
• Royaume-Uni : les actifs de Lafarge Tarmac, à l’exception de la cimenterie de Cauldon et de certains autres actifs associés.

En dehors de l’Europe, les actifs suivants sont proposés pour désinvestissement :
• Canada : les actifs de Holcim.
• Ile Maurice : les actifs de Holcim.
• Philippines : les actionnaires majoritaires de Lafarge Republic Inc (Lafarge Holdings Philippines, Inc., South Western Cement Ventures, Calumboyan Holdings, Inc., and Round Royal Inc.) envisagent de céder leurs participations respectives dans la société à un ou des tiers, sous réserve d’un accord sur les conditions de la vente et de la réalisation de la fusion globale entre Holcim et Lafarge. En parallèle, Lafarge Republic Inc. étudiera la possibilité de vendre à Holcim Philippines Inc. ses parts dans Lafarge Iligan Inc., Lafarge Mindanao Inc. et Lafarge Republic Aggregates Inc., le terminal cimentier de Centre Harbour à Manille, et d’autres actifs, contrats ou marchés spécifiques qui seraient identifiés et négociés entre les deux parties.
• Brésil : un ensemble d’actifs des deux entreprises qui comprend trois cimenteries intégrées et deux stations de broyage (représentant une capacité totale annuelle de 3,6 Mt), ainsi que des centrales à béton situées dans le Sud-Est du Brésil.