Ingérop : La culture du partage

Rédaction
17/07/2020

Ingérop est un vaste groupe français d’ingénierie et de conseil. En tant que matériau structurel par excellence, le béton constitue son principal champ de compétence, sous l’angle du calcul et de la justification d’ouvrage. Explications avec Pierre-Alexandre Cot, directeur du département “Structure” de l’activité “Bâtiment”.

Retrouvez cet article dans le numéro 88 de Béton[s] le Magazine.

Pierre-Alexandre Cot, directeur du département “Structure” au sein de l’activité “Bâtiment” du groupe Ingérop : « Nous avons un rôle de prescription, mais aussi d’éducation ».
Pierre-Alexandre Cot, directeur du département “Structure” au sein de l’activité “Bâtiment” du groupe Ingérop : « Nous avons un rôle de prescription, mais aussi d’éducation ». [©Ingérop]

Im Dong-hyun est un archer Sud-coréen, dont la particularité est d’être malvoyant. Avec une capacité visuelle de 1/10e à l’œil gauche et 2/10e à l’œil droit, il est même considéré comme “légèrement aveugle”, selon les instances américaines. Pourtant, celui qu’on surnomme “l’Archer aveugle” (The Blind Archer) a été plusieurs fois champion olympique et champion du monde dans sa discipline. Et a établi plusieurs records. 

Pour Pierre-Alexandre Cot, directeur du département “Structure” de l’activité “Bâtiment” du groupe Ingérop, Im Dong-hyun est un exemple à suivre. En particulier dans l’ingénierie de conception, un domaine où « il faut parfois savoir travailler dans le flou… » Cette phrase, quelque peu philosophique, illustre parfaitement les interventions de l’ingénieur. Et Pierre-Alexandre Cot, d’expliquer : « Les grands groupes de BTP savent faire leur propre ingénierie de conception, mais ils veulent maîtriser tous les détails dès le début du projet. C’est quelque chose de quasi-impossible. Surtout, cette approche les pousse à surchiffrer le montant des travaux pour éviter les mauvaises surprises. C’est là que nous pouvons leur apporter une véritable expertise. »

Identifier et prévoir l’essentiel

Pour l’aéroport de Genève, en Suisse, Ingérop a utilisé un procédé issu du génie civil, qui a permis de réaliser une aérogare de 500 m de longueur, en zone sismique, sans joint visible au niveau des façades.
Pour l’aéroport de Genève, en Suisse, Ingérop a utilisé un procédé issu du génie civil, qui a permis de réaliser une aérogare de 500 m de longueur, en zone sismique, sans joint visible au niveau des façades. [©RSHP/J. Bugna]

Cette force peut aussi être comparée à

Prolongez votre lecture
Pour lire la totalité de cet article, inscrivez-vous gratuitement

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article