La faisabilité pré-industrielle de la carbonatation des granulats

Rédaction
12/04/2021

La thèse* “Amélioration des propriétés des granulats recyclés par stockage de CO2 : étude de la faisabilité pré-industrielle” de la doctorante Marie Sereng explique les deux objectifs principaux du Projet national FastCarb. C’est surtout une base de données, qui sert de paramètres d’entrée pour les industriels. Décryptage.

Cet article est à retrouver dans le n° 93 de Béton[s] le Magazine.

I – Qu’est-ce que le Projet national FastCarb ?

Débuté en 2018, le Projet national FastCarb a pour objectif de valider le principe de stockage du CO2 dans le béton sous forme de granulats recyclés, par le procédé de carbonatation accélérée. Ceci, pour améliorer l’impact carbone du béton. FastCarb répond aussi à l’objectif de réduction et de valorisation des déchets. En effet, les déchets “béton” du BTP représentent 17 Mt/an. Leur utilisation dans le cadre du Projet FastCarb pour le stockage du CO2 améliore leur recyclage dans les bétons, car ils sont en majorité réutilisés en tant que sous-couches routières, du fait de faibles propriétés, dont une forte porosité.
La carbonatation accélérée a deux rôles dans le projet : le stockage du CO2 et l’amélioration des propriétés des granulats recyclés.

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Partenaires du Projet national FastCarb.

Cet article est à retrouver dans le n°93 de Béton[s] le Magazine.