Argeco Développement : Métaflash-HP, la carte “performances et durabilité” pour les bétons

Frédéric Gluzicki
12/04/2021

Argeco Développement met sur le marché le Métaflash-HP, un tout nouveau métakaolin flash. Ce matériau est le fruit d’une R&D commune entre l’industriel et le Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC) de Toulouse.

Cet article est à retrouver dans le n° 93 de Béton[s] le Magazine

Le Métaflash-HP d’Argeco Développement est une addition minérale destinée à la formulation de bétons à hautes performances et haute durabilité.  [©Argeco Développement]
Le Métaflash-HP d’Argeco Développement est une addition minérale destinée à la formulation de bétons à hautes performances et haute durabilité. [©Argeco Développement]

Jusqu’à présent, Argeco Développement proposait cinq métakaolins flash différents à son catalogue. Aux additions historiques que sont l’Argicem (classique) et l’Argicem Blanc sont venus s’ajouter les Géoflash S, P et R, dont les usages sont dévolus à la formulation de géopolymères et autres liants alcali-activés. Aujourd’hui, c’est au tour du Métaflash-HP d’enrichir l’offre des métakaolins orientés bétons.

Le nouveau venu est un métakaolin flash conforme à la norme NF P18-513. Il est utilisable dans les bétons devant respecter les spécifications de la norme NF EN 206/CN. Comme la plupart des additions minérales, le Métaflash-HP sera employé en substitution aux ciments CEM I ou CEM II/A, avec des dosages allant de 5 à 10 % et de manière exceptionnelle au-delà, ceci en fonction des niveaux de résistance ou durabilité recherchés. 

Les bétons courants étant couverts par les métakaolins flash plus conventionnels Argicem ou Argicem Blanc, leMétaflash-HP cible en priorité les bétons à hautes ou très hautes performances. Tout comme ceux, de très haute durabilité. C’est même là sa caractéristique d’usage prioritaire.

Une alternative technique à la fumée de silice

« A ce titre, Métaflash-HP permet de rivaliser avec une autre ultrafine historique : la fumée de silice, à même niveau de dosage dans le mélange,souligne Raphaël Bucher, ingénieur R&D chez Argeco Développement. Et d’expliquer : « Pour répondre aux spécifications exigeantes des bétons très hautes performances et/ou de très haute durabilité, la fumée de silice est l’un des moyens plébiscités par les donneurs d’ordres et les acteurs du génie civil. En effet, elle permet de réduire la diffusion des chlorures et améliore le comportement au fluage des bétons. Néanmoins, son coût élevé et sa délicate manipulation en font un constituant plus difficile à employer que les autres matériaux couramment utilisés dans la formulation de béton ». 

Le métakaolin flash ayant des propriétés assez proches de celles des fumées de silice, Argeco Développement a souhaité parfaireson offre avec un produit équivalent au plan technique. C’est ainsi et pour ce faire qu’est né Métaflash-HP.« Notre nouveau métakaolin flash est un outil performant pour répondre aux cahiers des charges encore réservés à la seule fumée de silice. A savoir, le faible coefficient de diffusion des chlorures et surtout la baisse de la déformation de fluage », reprend Raphaël Bucher. En effet, pour permettre aux bétons d’atteindre de hauts niveaux de résistance comme de durabilité, plusieurs critères sont essentiels : performances mécaniques, coefficient de diffusion des ions chlorures et fluage. 

Une empreinte carbone réduite

Ainsi, le coefficient de diffusion permet de simuler une cinétique de propagation des ions chlorures à travers le béton. Plus ce coefficient est faible, moins le béton sera sensible au risque de dépassivation des aciers d’armature.  C’est-à-dire au risque de voir se déclencher une action d’oxydation de l’acier (rouille) qui peut conduire à la ruine du béton. Le fluage du béton correspond à sa déformation propre sous une charge constante et permanente. L’objectif recherché est de minimiser autant que possible cette déformation. D’autant plus que le niveau de fluage est nécessaire pour qualifier les bétons employés dans les ouvrages de grandes hauteurs et/ou certains ouvrages précontraints.

Dernier argument positif et non des moindres pour le Métaflash-HP : une empreinte carbone réduite. Compte tenu de son process de production (séjour de quelques secondes dans un calcinateur, à une température de 750 °C au maximum), le nouveau venu génère moins de 250 kg éq CO2/t. Toujours quelques kilogrammes de carbone économisés, en comparaison au ciment ou à la fumée de silice auquel ce métakaolin flash peut se substituer. 

Cet article est à retrouver dans le n° 93 de Béton[s] le Magazine