Dans le cadre de sa participation à la chaire industrielle Ecosed, Eqiom travaille sur la valorisation des sédiments de dragage à travers le projet Sedicim.

S’il n’est pas contrôlé, la sédimentation a des impacts sur l’environnement. [©Happy Day - J.L. Burnod]
S’il n’est pas contrôlé, la sédimentation a des impacts sur l’environnement. [©Happy Day – J.L. Burnod]

Dans le cadre de sa participation à la chaire industrielle Ecosed1, Eqiom travaille depuis près de 5 ans sur la question des sédiments de dragage. En effet, la sédimentation touche de nombreux espaces naturels ou artificiels (port, plan d’eau, canaux…).

S’il n’est pas contrôlé, ce phénomène a des impacts sur la navigation, la sécurité des populations ou encore la modification des écoulements hydrauliques et l’asséchement des voies d’eau. Parmi les solutions utiliser pour pallier au problème est le dragage. Cependant, ce procédé pose la question du stockage et de l’élimination des matériaux extraits déposés à terre. « Il faut résoudre ces interrogations scientifiques et apporter des solutions pertinentes à la valorisation des sédiments dans l’industrie cimentière, explique Jaouad Nadah, responsable support technique client chez Eqiom. Nous nous sommes rapprochés du département Génie Civil & Environnemental de l’IMT Lille Douai dont l’expertise sur le matériau sédiment n’est plus à prouver. Ce rapprochement a donné naissance à un projet innovant et précurseur soutenu par la région Hauts-de-France : le projet Sedicim. »

Une nouvelle filière autour des sédiments de dragage

Sur 4 ans, ce programme, subventionné par la région Hauts-de-France via le Feder2, poursuit plusieurs objectifs. Ainsi, Eqiom et ses partenaires compte :
– Etudier la faisabilité technico économique de la valorisation des sédiments de dragage non dangereux, non inerte dans la fabrication de liants hydrauliques.
– Développer une nouvelle filière industrielle dans le respect de la démarche Sédimatériaux.
– Et participer à la création d’une boucle d’économie circulaire locale en intégrant des sédiments dans ses process industriels.
« A travers ce projet, Eqiom a l’ambition de proposer une nouvelle offre à destination du monde de la construction. Ceci, tout en permettant à la région Hauts-de-France de développer encore plus son expertise industrielle via une filière durable », conclut Jaouad Nadah.

1Chaire Ecosed : Chaire industrielle pluridisciplinaire portée par l’Ecole des Mines de Douai autour de 12 partenaires industriels et institutionnels. Elle vise à créer une dynamique scientifique et technologique autour de la valorisation des sédiments de dragage portuaires et fluviaux en région.

2Feder : Fonds Européen de Développement Régional

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article