Dossier : Penser circulaire

Sivagami Casimir
07/07/2021

La notion d’économie circulaire s’applique de plus en plus à l’ensemble des secteurs d’activité. Dans le bâtiment, toutes les typologies d’acteurs sont impactées et s’organisent dans ce sens.

Dossier économie circulaire
Photo de couverture.[©Sac photo créé par freepik – fr.freepik.com]

En ce moment, c’est la saison du melon. En entrée, en salade, en dessert, nature ou avec son jambon cru… Ce fruit frais et sucré accompagne l’arrivée de l’été et de nombreuses tablées au quotidien. Mais d’où vient-il ? Dans les rayons de supermarché ou sur les étals des primeurs, le melon charentais à la cote. Le “made in France” et le recours aux producteurs locaux ont davantage intéressés les gens ces dernières années. L’idée de consommer mieux et de façon plus responsable, prenant ainsi plus de place dans le débat public. Et avec, la notion d’économie circulaire est apparue dans le vocabulaire de tout un chacun.

Cette démarche ne concerne pas que l’alimentaire. Elle s’applique avec plus ou moins de facilité à tous les secteurs d’activités. L’Ademe a ainsi posé une définition structurée autour de sept piliers et trois grandes thématiques. La première concerne l’offre des acteurs économiques. Cette partie concentre quatre piliers : l’extraction/exploitation et achats durables, l’éco-conception, l’écologie industrielle et territoriale, et l’économie de la fonctionnalité. Chez les acteurs du bâtiment, ce grand domaine se manifeste de plus en plus.

Les sept piliers de l’économie circulaire

De nombreux industriels et entreprises retravaillent leur offre, afin de proposer des solutions plus en phase avec cette logique. Sourcing des ressources, optimisation des process de fabrication et de la logistique, R & D autour de produits à faible impact… Sont autant de leviers. Cependant, outre la bonne volonté de chacun, la chose n’est pas si simple à mettre en place. Face aux professionnels : la réglementation. Est-ce que les normes évoluent aussi vite que les ambitions ? La question se pose notamment pour la mise sur le marché de solutions disruptives, qui peuvent se heurter à l’assurabilité et aux très longues démarches (et coûteuses) de certification technique.

Lire aussi :
Dossier : Les chemins du recyclage

Le deuxième domaine identifié par l’Ademe s’intéresse à la demande et au comportement des consommateurs. Il regroupe les piliers “consommation responsable” et “allongement de la durée d’usage”. Aujourd’hui, un maître d’ouvrage ou d’œuvre a le choix de s’ancrer dans une démarche d’économie circulaire. Pour les acteurs interrogés dans ce présent dossier, cela devient une nécessité face à l’urgence climatique. Mais des freins subsistent toujours. Parmi eux, les habitudes, le manque d’ingénierie et d’identification des acteurs disponibles sur un territoire donné.

Les professionnels du bâtiment s’organisent

Le dernier domaine établi par l’Ademe traite de la gestion des déchets. Avec pour unique, et non pas des moindres, pilier le recyclage. Ce dernier s’applique à plusieurs niveaux. Il peut s’effectuer au niveau de la ressource même avec le recyclage des déchets dans le process de fabrication et avec le recours aux matériaux issus du recyclage pour créer de nouveaux produits. Et intervient aussi à l’échelle du chantier, que ce soit en construction neuve ou en démolition. Il engage ainsi les entreprises à trier les déchets. Ceux-ci peuvent être revalorisés in situ ou acheminés vers les filières de traitement ou de réutilisation.

Retrouvez l’ensemble du dossier par –> ici

Là aussi, plusieurs difficultés peuvent intervenir. Qui sont les acteurs du recyclage sur les différents territoires ? A quel coût ? Quid des petits chantiers ? Les décharges sauvages subsistent encore…
Afin de cadrer l’ensemble de ces domaines et piliers, plusieurs décrets et lois sont parus. Notamment, la loi Anti-gaspillage et économie circulaire (dite “Agec”) et la création de la filière “Responsabilité élargie du producteur” (Rep), au 1er janvier 2022 pour le BTP. En plus de cet arsenal réglementaire, les professionnels du secteur s’organisent…

Aller plus loin :

Interview – La circularité dans l’ADN de la filière ouate de cellulose
L’Ecima, association européenne des fabricants de ouate de cellulose, représente les producteurs implantés sur le marché français. Rencontre avec son président Jean-Michel Bœuf.

Rencontre – Ipsiis : Entre efficacité énergétique et économie circulaire
Comment mêler efficacité énergétique et économie circulaire ? Avec son procédé innovant, Ipsiis tente de répondre à cette question. Rencontre avec le fondateur, Yves le Corfec.

Découverte – Cerema : Un label pour accompagner l’économie circulaire
Depuis janvier 2021, le Cerema pilote un nouveau label : E2C. Ce dernier valide et accompagne les porteurs de projets dans la mise en place d’initiatives d’économie circulaire.

Actualité – Valobat : Pour faire progresser le recyclage des déchets du bâtiment
Quelque 26 entreprises de fabrication de matériaux de construction ont annoncé la naissance d’un éco-organisme, baptisé Valobat.

Réalisation – Chantier Zac le Square : L’économie circulaire comme feuille de route
A Dreux (28), la Saedel est en charge de l’opération de la Zac le Square. Ici, l’aménageur a souhaité s’engager pleinement dans une logique d’économie circulaire.