Développement durable généralisé chez Seac

Yann Butillon
12/06/2020

Spécialiste de la préfabrication avec des bétons, armés, précontraints et pressés, Seac compte aujourd’hui 26 sites de production. Depuis quelques années, l’industriel axe ses recherches et ses productions sur le développement durable.

Mise en œuvre du système Seacisol : une dalle isolante permettant la réduction du volume de béton nécessaire pour la confection d’un plancher.
Mise en œuvre du système Seacisol : une dalle isolante permettant la réduction du volume de béton nécessaire pour la confection d’un plancher. [©Seac]

Spécialiste de la préfabrication avec des bétons, armés, précontraints et pressés, Seac compte aujourd’hui 26 sites de production. Depuis quelques années, l’industriel axe ses recherches et ses productions sur le développement durable. En termes de solutions, comme d’organisation. A commencer par le Seacbois, un hourdis permettant de traiter les ponts thermiques en étage ou en toiture-terrasse. Ce qui diminue la consommation d’énergie dans la maison individuelle.  De son côté, la Seacisol est une dalle isolante pour une solution de plancher. Elle diminue le volume de béton utilisé (50 l/m2 jusqu’à 7 m sans étais). Alors que le plancher Seacoustic diminue les émissions de CO2 et les nuisances de chantier. Il permet aussi de réduire d’environ 1 t de CO2tous les 22 m2 de plancher par rapport à une dalle pleine. Seac a aussi fait le choix de fabriquer la totalité des produits en France. Et ce, avec un béton moins polluant. Ce qui permet une moindre émission de CO2, en incorporant du ciment CEM II. Cette formulation est utilisée depuis fin 2019 dans l’ensemble des productions de l’entreprise. Les sites retraitent aussi 100 % de leurs déchets (eau, laitance, casse de produits). Les choix des matériaux sont aussi centraux dans cette démarche. Ainsi, le PlastiVS est à 100 % composé de matière recyclée. Quand c’est possible, la priorité est donnée aux matériaux biosourcés, permettant d’obtenir des Fdes négatives en émission de C02. Enfin, l’ensemble de la flotte des engins de manutention est propulsé par des moteurs électriques. 

Yann Butillon

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article