David Galbiati : L’âme intemporelle du béton

Muriel Carbonnet
06/02/2020

Ce pourrait être d’anciennes sculptures égyptiennes ou amérindiennes, voire même être des éléments détournés d’un tableau de la Renaissance. Mais ces œuvres sont bien contemporaines. Ornées de coiffes, de cornes ou d’auréoles, les sculptures en béton ou en bois de David Galbiati sont quand même d’un autre temps. Mais lequel ? Découverte.

Davide Galbiati porte toute son attention sur les visages. C’est là qu’il résout la construction géométrique et architecturale du corps. Ses visages sont conçus comme des chapiteaux, des clefs de voûte où se négocient le poids du monde et le poids du ciel. Poids si lourd que les yeux se ferment, les visages sont concentrés. On y perçoit la vie intérieure : prière, crainte, attention, contemplation, pensée, abandon, imaginaire…
Davide Galbiati porte toute son attention sur les visages. [©CM]

Davide Galbiati parle de l’homme. Il est attaché à l’esprit, au sens du sacré, qui reste bien souvent invisible. Convaincu que ce lien, entre l’énergie spirituelle qui nous entoure et l’homme, existe, il réalise des sculptures ornées de coiffes, de cornes ou d’auréoles de toutes les époques, cultures, religions et légendes. Ces ornements créant un lien avec le sacré, un passage, un axe… Le haut et le bas se rejoignant, l’invisible devenant concret. C’est comme un contraste fort entre le spirituel et le matériau béton. L’artiste veut révéler l’énergie sacrée présente en chaque être.

Slider image

L’artiste cherche à révéler l’énergie sacrée présente en chaque être. [©CM]

Slider image

Les sculptures en béton sont teintées. [©CM]

Slider image

Ornées de coiffes, de cornes ou d’auréoles, les sculptures en béton ou en bois de David Galbiati sont d’un autre temps.

Slider image

« Ce que j’aime c’est que l’on ne voie pas tout de suite que mes sculptures sont en béton. »

Slider image

« Le fabuleux coiffe la pureté de ses figures ésotériques. Le fantastique flambe dans la statique de ses œuvres. »

Slider image

Les mains chirurgicales de Davide dissèquent patiemment le béton, à la découverte des âmes prisonnières.

Slider image

Davide est descendant en formes directes des sculpteurs de l’Egypte d’Osiris. Sa quête est identique. « Tailler dans le fruit de la chair afin d’atteindre le pur noyau de l’indicible. »

Slider image

Les figures immobiles de Davide Galbiati nous emportent dans des espaces où règne une gravité silencieuse.

Slider image

Davide Galbiati porte toute son attention sur les visages. C’est là qu’il résout la construction géométrique et architecturale du corps. Ses visages sont conçus comme des chapiteaux, des clefs de voûte où se négocient le poids du monde et le poids du ciel. Poids si lourd que les yeux se ferment, les visages sont concentrés. On y perçoit la vie intérieure : prière, crainte, attention, contemplation, pensée, abandon, imaginaire…

Son parcours

C’est dans les Dolomites en Italie, où la tradition du travail du bois se perpétue depuis le XVIesiècle, que Davide Galbiati s’est formé à la sculpture. Mais c’est en 2007, lors d’un concours de sculpture qu’il commence à utiliser le béton dans ses œuvres. Il faut dire qu’il vient d’une grande métropole, de Milan. Le béton a envahi sa ville depuis les années 1960-1970. Davide Galbiati avait envie de faire la paix avec ce matériau, de l’appliquer dans l’art, de le charger d’une autre dimension, d’une autre signification. « Juste dédramatiser l’approche parfois négative du béton. » Si le bois, son autre médium, est vivant, le béton se laisse modeler. On peut le charger d’une âme. Il suit les mouvements de la main, se concrétise dans la solidité. « C’est une matière forte, qui dégage de l’énergie. »

Davide Galbiati utilise le Ciment Fondu d’Imerys (ex-Kerneos) : ligne Secar et Secar 51, toujours à base d’aluminates de calcium. Il met en œuvre aussi le Thermal White, un ciment hyper blanc, « très agréable à traiter ». Et de conclure : « Ce que j’aime c’est que l’on ne voie pas tout de suite que mes sculptures sont en béton ».

Sources : Aude de Kerneos et Michel King.

Retrouvez davantage de sculptures ici.

Muriel Carbonnet

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article