L’artiste allemand Guido Zimmermann a réalisé toute une série d’horloges à coucou en forme d’immeubles, d’architectures modernes. Et des nichoirs extérieurs, véritables HLM pour oiseaux ! En béton, mais pas que…

Guido Zimmermann transforme des coucous en constructions bétonnées… [©Jan Kaesbach]

Guido Zimmermann transforme des coucous en constructions bétonnées… [©Jan Kaesbach]

L’artiste allemand Guido Zimmermann a réalisé toute une série d’horloges à coucou en forme d’immeubles, d’architectures modernes. En béton, mais pas que… Le bon vieux coucou est resté longtemps sans aucun changement d’adresse : unhabitat rustique, un chalet avec ses pommes de pin. C’était sans compter sur l’arrivée de Guido Zimmermann, qui les a transformés en constructions bétonnées… Marcel Breuer serais-tu parmi nous ? Ernö Goldfinger également ? En tous les cas, le Bauhaus et le Brutalisme sont dans la place. C’est un peu ce à quoi l’on pense, en observant les coucous de l’artiste allemand Guido Zimmermann. A y regarder de plus près, on se croirait à la station alpine de ski de Flaine, en Haute-Savoie. Ou alors à la londonienne Glenkerry House, au Royaume-Uni. Vous l’avez compris, nous sommes en présence d’une fusion entre les arts plastiques et l’architecture. Et cela donne les Cuckoo Block, ou “Blocs à coucou”.

Du chalet aux HLM

« Si l’horloge coucou classique germanique représentait la prospérité de la classe moyenne, la version mise à jour comme une construction de panneaux montre la vie urbaine et sociale d’aujourd’hui dans les immeubles de villes allemandes », explique l’artiste. Guido Zimmermann a choisi une architecture résolument moderne. « Les Cuckoo Block présentent une vision contemporaine de la vie urbaine et de son architecture fascinante. L’enveloppe est neuve, mais l’âme, une horloge avec un coucou, est encore ancienne. » Ici, ces deux aspects ont une signification particulière : des bâtiments avec une histoire et une valeur architecturale saisissantes, et une réalité des cités et des HLM actuels. Les deux sont reliés aux constructions en béton. « Au début, je les ai faits comme une peinture murale, ressemblant à une vraie maison sociale à côté d’un quartier social. Les enfants d’ici adorent vraiment la peinture et me demandent toujours plus. »

Dans le détail, on remarque des grilles de fenêtres, qui jaillissent de surfaces de béton plates, des antennes paraboliques et des cactus. La plupart des modèles sont éclairés et parfois les intérieurs sont ornés de peintures miniatures de l’artiste. Chaque pendule prend ici des airs de petites cités suspendues au mur.

De plus, Guido Zimmermanna élargi sa série de pendules avec quelques maisons à oiseaux “Sozialmeisenbau” (ou Constructions sociales pour mésanges), s’inspirant de HLM italiens… Le prototype, un modèle de logement social de Catane, en Sicile, a d’ailleurs été habité rapidement par un couple de mésanges. « Seules les maisons d’oiseaux “Sozialmeisenbau” sont en béton, les blocs de coucou sont en bois avec de la peinture effets béton, cela permet plus de détails et ce n’est pas trop lourd. Pour le nichoir, le béton est parfait, car il résiste aux intempéries. »

Muriel Carbonnet

Retrouvez l’artiste sur Instagram et Facebook.