La France dispose d’un très important patrimoine d’ouvrages d’art, avec plus de 200 000 ponts, sans parler des murs de soutènement et autres éléments construits. Décryptage de la situation de ces ouvrages et des méthodes pour en garantir la pérennité, dans le cadre du 23e colloque Le Pont.

Retrouvez cet article dans Béton[s] le Magazine n° 79

Le pont Camille de Hogues, à Châtellerault, a pu profiter du procédé électro-osmotique Novbéton, consistant en une déchloruration/réalcalinisation du béton.  [©ACPresse]
Le pont Camille de Hogues, à Châtellerault, a pu profiter du procédé électro-osmotique Novbéton, consistant en une déchloruration/réalcalinisation du béton. [©ACPresse]

Dans une organisation décentralisée, outre le réseau routier national géré par l’Etat ou les sociétés concessionnaires d’autoroutes, l’information sur l’état des ouvrages, quand elle existe, se situe au niveau du gestionnaire. C’est-à-dire de la commune, de l’intercommunalité, de la métropole ou du département. C’est cette organisation rend délicat l’évaluation de la situation réelle à l’échelle nationale. Information rassurante toutefois, une enquête menée en 2017 par l’Idrrim1auprès des départements, pour l’Observatoire national

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Retrouvez cet article dans Béton[s] le Magazine n° 79

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article