Armand Considère : Pionnier du béton, en mal de reconnaissance

Rédaction
25/07/2011

Né en 1841, Armand Considère intègre l’Ecole Polytechnique puis, le corps des Ponts et Chaussées. Ce cursus très classique des serviteurs de l’Etat aurait pu l’amener vers une carrière reconnue… et tranquille. Il en sera autrement.

Armand Considère, ingénieur des Ponts et Chaussées (1841-1914). [©DR]

Les ingénieurs des Ponts et Chaussées du XIXe siècle auront à vivre, professionnellement, des moments exaltants. En effet, l’époque voit à la fois le triomphe de la technique du métal et les balbutiements du béton armé, tandis que les grandes infrastructures ferroviaires, les routes et les ponts, transforment peu à peu le pays. C’est dans ce contexte de progrès que se trouve plongé Armand Considère à sa sortie de l’école, en 1865. Affecté en Bretagne, il dirige la construction de routes et d’ouvrages maritimes. Une première expérience qui n’appelle rien de particulier… Après un passage dans le privé, il réintègre l’administration en 1883 et retourne en Bretagne où il est nommé ingénieur en chef du département du Finistère. Il y supervise l’entretien et le développement des réseaux routiers et ferrés, la gestion ports et des phares.

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article