Vicat rayonne, sauf en France

Rédaction
04/02/2015

Le groupe Vicat a publié, mercredi 4 février, son chiffre d’affaires pour l’exercice 2014 qui s’élève à 2,42 Md€, soit une progression de + 6 % par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Portrait-Guy-Sidos-6Le groupe Vicat a publié, mercredi 4 février, son chiffre d’affaires pour l’exercice 2014. Celui-ci s’élève à 2,42 Md€, soit une progression de + 6 % par rapport à la même période de l’exercice précédent, et de + 8 % à périmètre et à taux de change constants. « En 2014, la performance du groupe a été caractérisée par une nouvelle progression de son activité, commente Guy Sidos, Pdg de Vicat. Celle-ci a été largement soutenue par les investissements réalisés au cours de ces dernières années dans les pays émergents, notamment sur l’ensemble de la zone Asie. Mais aussi par le redressement progressif de l’activité aux Etats-Unis et en Egypte. Le dynamisme du groupe sur ces zones a permis de largement compenser les effets d’un environnement macro-économique qui reste difficile en France. »

Cet exercice a été marqué par la progression très sensible du chiffre d’affaires de l’activité “Ciment” de + 14,9 % (+ 17,7 % en consolidé), par la légère inflexion de l’activité “Béton & granulats” (- 1,5 %) et par la stabilité de l’activité “Autres produits & services” (+ 0,3 %). La répartition du chiffre d’affaires entre les différentes activités du groupe fait ressortir une progression sensible de la contribution de l’activité “Ciment”, qui représente désormais 53,7 % du chiffre d’affaires opérationnel contre 50,6 % au 31 décembre 2013. La contribution de l’activité “Béton & granulats” au chiffre d’affaires recule à 31,9 % contre 34,2% au 31 décembre 2013. Enfin, celle de l’activité “Autres produits & services” est en repli, à 14,4 % au 31 décembre 2014 contre 15,2 % au 31 décembre 2013.

Le chiffre d’affaires en France affiche un repli de – 3, 7%. Cette baisse de l’activité résulte d’un environnement macro-économique dégradé, et plus particulièrement du ralentissement sensible du marché de la construction. C’est marquant en fin d’année, puisque, après un début d’année largement soutenu par des conditions météorologiques favorables, le chiffre d’affaires a enregistré une baisse de – 8,6 % au cours du quatrième trimestre.