Au sein du LMDC, à Toulouse, le projet “Liants Alcali-Activés (L2A)” a débuté en mai 2018 pour une durée de trois ans. Son objectif : mettre en commun des idées, des moyens et des compétences pour lever les verrous technologiques limitant l’utilisation industrielle de ces liants.

Les liants alcali-activés (L2A) sont des matériaux formés à partir d’un précurseur (argiles calcinées, laitiers de hauts fourneaux, cendres volantes). Ceci, par réaction avec une solution d’activation alcaline, dont l’activant contient des ions sodium (Na+) ou potassium (K+), par exemple. Ces liants ne sont pas considérés comme hydrauliques, car l’eau seule ne suffit pas pour que le précurseur fasse prise. Il existe plusieurs systèmes d’activation, dont ceux aux carbonates (eau + Na2CO3) ou aux silicates (eau + Na2SiO3).

Ainsi, les L2A sont des matériaux, dont la chimie, les mécanismes de prise et les comportements mécaniques finaux diffèrent de ceux des ciments Portland.

Prolongez votre lecture
Pour lire la totalité de cet article, inscrivez-vous gratuitement

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article