Velux étudie les écoliers et les écoles

Rédaction
07/09/2016

Velux a organisé, au printemps 2016, une expérience originale : un programme de suivi de la qualité de l’air intérieur d’une école de la Manche (50).

EcoleMarcey-81

Avec la rentrée scolaire, les écoliers vont passer 90 % de leur temps dans des lieux clos, dont 6 h/jour en moyenne dans leur salle de classe. En France, la qualité de l’air des établissements scolaires est une préoccupation majeure des pouvoirs publics. C’est pourquoi la loi du 12 juillet 2010, “portant engagement national pour l’environnement”, a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur pour les établissements recevant des enfants. Et le décret du 17 août 2015 a fixé l’obligation de mettre en place, avant le 1er janvier 2018, les mesures adéquates.

En anticipation de cette réglementation, la société Velux a organisé, au printemps 2016, une expérience originale : un programme de suivi de la qualité de l’air intérieur d’une école de la Manche (50), en partenariat pluridisciplinaire avec la mairie de la commune de Marcey-les-Grèves, le cabinet Medieco Conseil & Formation, spécialiste des thématiques de santé dans le bâtiment, et le cabinet CompoSite Architectes.

Deux objectifs à ceci. Pour Velux : démontrer les bénéfices de la ventilation naturelle en complément de la ventilation mécanique, dans un esprit de retour d’expérience scientifique sur ses nouvelles fenêtres de toit à ouverture motorisée et programmable, mises en situation dans une école. Pour la commune : anticiper les dispositions du décret du 17 août 2015, qui oblige les collectivités et municipalités à évaluer les moyens d’aération et de ventilation des établissements scolaires et à remplir un programme d’actions de prévention.

« La démarche établie à Marcey-les-Grèves est synonyme d’intérêt général. En associant les acteurs du public et du privé à un projet commun, nous avons eu une approche pédagogique sur l’importance de la qualité de l’air dans les écoles, mais également scientifique, en consolidant les connaissances sur ce sujet. Le secteur de la construction a un vrai rôle à jouer dans l’enjeu d’amélioration de la qualité de l’air des bâtiments. Nous nous efforçons d’y contribuer, en favorisant les innovations qui lient performance énergétique, confort de vie et santé des occupants des bâtiments. Le cas de l’école de Marcey-les-Grèves en est une application exemplaire, qui pourra servir d’inspiration pour d’autres bâtiments scolaires en France », conclut Catherine Juillard, directrice des bâtiments durables et des relations institutionnelles de Velux France.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article