Trophée Béton Ecoles : Les résultats

Sivagami Casimir
22/01/2020

Organisé par Bétocib et Cimbéton, le Trophée Béton Ecoles a récompensé 4 lauréats.

Revalorisation du quartier des Chiffonniers au Caire. [©Alexandra Kienlen/Tom Hirtzlin]
Revalorisation du quartier des Chiffonniers au Caire. [©Alexandra Kienlen/Tom Hirtzlin]

Pour cette nouvelle édition, le Trophée Béton Ecoles a récompensé quatre lauréats. Organisé par Bétocib et le Cimbéton, le concours permet de mettre en avant les jeunes talents des écoles d’architecture françaises. Cette année, une nouvelle catégorie “Studio” a invité les étudiants en 1er et 2e cycle à réinterpréter une œuvre architecturale majeure en béton. Le choix du moyen d’expression était libre pour les candidats.

Près de 140 postulants se sont inscrits de manière individuelle ou en groupe (mixant architectes et ingénieurs). Sur ce grand nombre de dossiers, 11 ont été sélectionnés pour défendre leur projet devant un jury de professionnels. Ce dernier était présidé par Jean-François Briand, architecte et directeur de l’école d’architecture de Strasbourg. A la maison de l’architecture Ile-de-France, les membres du jury ont pu départager les candidats et ainsi désigner 3 lauréats dans la catégorie “Classique” et 1 dans la “Studio”. Les prix ont été remis le 9 janvier dernier. L’occasion aussi de lancer la 9e édition du Trophée Béton Ecoles. La version “Pro” sera, quant à elle, de retour en octobre 2020.

Les gagnants sont :

– 1er prix : Alexandra Kienlen & Tom Hirtzlin
Revalorisation du quartier des Chiffonniers – Le Caire (Egypte)
Ensa Strasbourg – Sous la direction de Dominique Coulon

Slider image

[©Alexandra Kienlen/Tom Hirtzlin]

Slider image

[©Alexandra Kienlen/Tom Hirtzlin]

Slider image

[©Alexandra Kienlen/Tom Hirtzlin]

Les deux lauréats ont imaginé au Caire, en Egypte, un dispositif de télécabines. Il répond à la question de la mobilité urbaine, tout en étant écologique, peu coûteux et rapide d’installation. Pour le concours, ils ont transposé leurs travaux dans le secteur de Mokattam, connu pour être habité par les chiffonniers et éboueurs de la ville. Installé dans une ancienne carrière de pierre, le projet peut utiliser les matières premières sur place. La structure peut se remplir de briques en béton de mâchefer. Un système de poteaux poutres en béton préfabriqué est utilisé, afin de laisser une grande flexibilité et d’appréhender les futures constructions.

– 2e prix : Ophélie Dozat
Le Mur (de soutènement) comme paradigme du territoire
Ensa Versailles – Sous la direction de Cédric Libert et Philippe Potié

Slider image

[©Ophélie Dozat]

Slider image

[©Ophélie Dozat]

Slider image

[©Ophélie Dozat]

A travers son projet : “Le Mur comme paradigme du territoire”, Ophélie Dozat se questionne sur la construction du territoire à partir d’un mur de soutènement. Pour ses travaux, la jeune architecte s’est intéressée au massif des monts du Cantal, en Auvergne. Une zone modelée par des phénomènes d’érosion et des coulées de laves il y a 13 M d’années. Ici, les murs de soutènement et à contreforts protègent ou constituent une porte. Dans tous les cas, ils trouvent leur place dans l’équilibre du lieu.

– 3e prix : Paul de Cathelineau
Temple urbain : se déconnecter de la frénésie de Tokyo (Japon)
Ensa Normandie – Sous la direction de Laurent Salomon

Slider image

[©Paul de Cathelineau]

Slider image

[©Paul de Cathelineau]

Slider image

[©Paul de Cathelineau]

Slider image

[©Paul de Cathelineau]

Paul de Cathelineau a imaginé un temple urbain au cœur du quartier de Shinjuku, à Tokyo. Ici, près de 1,3 Md de personnes transitent tous les ans. Dans ce lieu en perpétuel mouvement, le jeune architecte a donc voulu créer un espace de pause. Le programme de Paul s’organise autour d’espaces publics suspendus, proposant différentes expériences spatiales et nouveaux points de vue sur le paysage urbain de Tokyo. Le béton prend sa place dans la structure principale et accueille le bois en structure secondaire éphémère.

– 1er prix catégorie Studio : Frédéric Livar
Chapelle Saint-Pierre / Paulo Mendes Da Rocha
Ensa Lyon – Sous la direction de Laurent Mayoud

Slider image

[©Frédéric Livar]

Slider image

[©Frédéric Livar]

Slider image

[©Frédéric Livar]

Slider image

[©Frédéric Livar]

Dans cette toute nouvelle catégorie, Frédéric Livar s’est inspiré de l’œuvre de l’architecte brésilien Paulo Mendes da Rocha. Et de son approche brutaliste de la construction, avec une utilisation du béton brut de décoffrage. Pour cela, l’étudiant a réalisé une maquette en béton au 1:200 de la chapelle Saint-Pierre. Construit en 1989 à Sao Paulo, cet ouvrage a entièrement été réalisé en béton. Il comporte quatre éléments structurels significatifs : le pilier cylindrique central, le toit, la dalle intermédiaire accueillant la nef et l’autel, et enfin, le balcon pour le chœur.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article