Teralta : la manufacture cimentière

Frédéric Gluzicki
08/05/2020

A La Réunion, Teralta propose trois qualités de ciments : un CEM I et deux CEM II. Le premier est importé depuis la Malaisie. Les deux autres proviennent de la station de broyage de Ciment de Bourbon, distante de moins de 1 km.

Le terminal cimentier Teralta offre une capacité de stockage de 17 000 t de ciments en vrac au sein de cinq silos en béton. Elle intègre aussi une unité d’ensachage et de palettisation pour la production de ciments en sacs. [©ACPresse]
Le terminal cimentier Teralta offre une capacité de stockage de 17 000 t de ciments en vrac au sein de cinq silos en béton. Elle intègre aussi une unité d’ensachage et de palettisation pour la production de ciments en sacs. [©ACPresse]

Retrouvez cet article dans le n° 928 de CBPC, supplément de Béton[s] le Magazine n° 66.

Située face à l’océan Indien, en extrémité de la zone industrielle de la ville du Port, à La Réunion. L’usine Teralta (groupe Audemard) est reconnaissable à ses cinq silos en béton gris. Et à sa façade blanche rappelant le poste de pilotage d’un cargo… Positionné tout à l’arrière du bâtiment, le silo n° 5 est le plus imposant. Avec sa capacité de 6 600 t. De leur côté, les silos 1 à 4, plus petits, présentent un stockage unitaire identique de 2 600 t chacun. Soit un volume total de 17 800 t.

Cet ensemble de silos est dédié au stockage du CEM I 52,5 N CE CP1 NF en provenance de la cimenterie Lafarge de Langkawi, en Malaisie. Le ciment est livré par cargo, à raison de 10 000 t tous les 45 j environ. 

Slider image

Les ciments de type CEM II sont livrés en citerne depuis le centre de broyage Ciment de Bourbon, distant de quelques centaines de mètres. [©ACPresse]

Slider image

Le ciment de type CEM I est important depuis la cimenterie malaisienne Lafarge de Langkawi. Il est transporté par bateau en vrac. L’usine dispose de son propre quai de déchargement. [©ACPresse]

Slider image

L’ensacheuse Haver & Boecker constitue le cœur de l’usine de conditionnement. Grâce à ses dix becs, elle assure une production de 2 400 sacs/h, soit une consommation horaire de 65 t de ciment. [©ACPresse]

Slider image

Chaque sac est pesé pour garantir que le remplissage a été réalisé convenablement. Et aussi pour assurer la traçabilité du produit. [©ACPresse]

Slider image

Les sacs sont transférés par bande transporteuse vers l’unité de palettisation installée dans l’espace dédié au stockage. [©ACPresse]

Pas de production de ciments

Mais Teralta propose aussi dans son offre deux ciments CEM II. A savoir un CEM II/B-P 32,5 N CE NF (ciment Terakaz) et un CEM II/A-P 42,5 N CE CP 2 PM NF (ciment Terabat). Tous deux sont issus du centre de broyage Ciment de Bourbon. Ce dernier est aujourd’hui filiale à 100 % de Holcim Réunion (groupe LafargeHolcim). Les CEM II sont mis en stock dans deux petits silos-tampons complémentaires, n° 6 et n° 7. De 100 t chacun.

Dans sa configuration actuelle, l’usine ne fabrique donc pas de ciments en tant que tels. Mais elle assure la disponibilité d’un stock important. Et surtout, une ligne d’ensachage assure le conditionnement en sacs des ciments de type CEM II, pour l’essentiel. S’articulant autour d’une ensacheuse Haver & Boecker à dix becs, la production atteint un rythme de 2 400 sacs/h. Soit 65 t/h. La palettisation sur machines Beumer se fait selon une répartition 55/45. Même s’il est principalement destiné pour un chargement en vrac. Le CEM I est aussi proposé en sacs sous le nom de Teratech.

Slider image

Distribué principalement en vrac, le CEM I malaisien peut aussi être conditionné en sacs ou en big-bags. [©ACPresse]

Slider image

Situé en extrémité de la bande transporteuse, le palettiseur à couches Beumer Paletpac 2500 permet de traiter jusqu’à 2 500 sacs/h. [©ACPresse]

Slider image

Le second élément de la chaîne de conditionnement est la machine d’emballage Beumer Stretch Hood. Celle-ci assure la mise en place de la housse de protection finale sur les palettes pour permettre leur stockage et leur transport. [©ACPresse]

Slider image

En bout de chaîne, un chariot élévateur récupère les palettes filmées pour les mettre en stock ou les déposer directement sur le plateau des camions de livraison. [©ACPresse]

Slider image

Les palettes de 1 t et de 2 t sont entreposées dans une zone de stockage d’une capacité d’accueil de 800 t. [©ACPresse]

Slider image

Les ciments vendus en sacs sont estampillés du logo “Nou la fé”. Cette marque indique que ces produits ont été fabriqués localement. [©ACPresse]

Frédéric Gluzicki

Retrouvez cet article dans le n° 928 de CBPC, supplément de Béton[s] le Magazine n° 66.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article