Société du Grand Paris : Entre innovation et bas carbone

Frédéric Gluzicki
04/02/2022
Modifié le 08/02/2022 à 09:10

L’unité IMC de la Société du Grand Paris contribue à la maîtrise des risques en apportant son expertise/conseil dans le domaine des méthodes constructives du projet. Son approche actuelle oscille entre innovation et bétons bas carbone.

Article paru dans le n° 98 de Béton[s] le Magazine

Thierry Huyghues-Beaufond, responsable de l’unité “Infrastructures et méthodes constructives (IMC)” de la Société du Grand Paris et Baïla Deme, référent technique transverse et spécialiste des bétons, au sein de l’unité IMC. [©Société du Grand Paris/©ACPresse ]
Thierry Huyghues-Beaufond, responsable de l’unité “Infrastructures et méthodes constructives (IMC)” de la Société du Grand Paris et Baïla Deme, référent technique transverse et spécialiste des bétons, au sein de l’unité IMC. [©Société du Grand Paris/©ACPresse ]

Faire en sorte que le langage technique propre aux chantiers de travaux souterrains soit compréhensible de tous constitue la mission première de l’entité “Infrastructures et méthodes constructives (IMC)” de la Société du Grand Paris. A sa tête, Thierry Huyghues-Beaufond, qui dirige une grosse dizaine d’ingénieurs, dont Baïla Deme, référent techniques transverses et spécialiste des bétons. Bien entendu, l’IMC profite des compétences d’experts extérieurs indépendants et autres assistances aux maîtres d’ouvrage. « L’IMC vient challenger les solutions techniques des maîtres d’œuvre, tant en phase de conception qu’à l’étape de la réalisation. Ceci, pour garantir que le maître d’ouvrage ait toutes les clefs pour bien choisir la bonne solution », détaille Thierry Huyghues-Beaufond. Ainsi, côté bétons, l’entité s’appuie sur un cahier des clauses techniques particulières appelé Livret 10. Un ouvrage initié par les maîtres d’œuvre des travaux, ce qui est logique, car les connaissances initiales se situent à leur niveau.

Un béton qui coche toutes les cases

« En fait, le Livret 10 est décliné en 3 ouvrages complémentaires. Le premier est consacré à l’approche prescriptive des bétons. Il a évolué au fil du temps, explique Baïla Deme. Le deuxième est dédié à l’approche performantielle. Quant au dernier, identifié Livret 10a, il se focalise sur les voussoirs en béton fibré. » L’IMC intègre ces 3 livrets dans tous les marchés que passe la Société du Grand Paris. Avec un leitmotiv toujours plus affirmé vers les bétons innovants et les solutions bas carbone. « Nous poussons dans ces deux directions, d’autant qu’il y a une clause de performance environnementale sur chacun des marchés », reprend Thierry Huyghues-Beaufond. Et de compléter : « Il y a même une prime à l’innovation sur les marchés déjà actifs ».

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article