Le SNBPE s’engage pleinement dans le programme E+C- et compte bien mettre en avant le béton prêt à l’emploi et les outils nécessaires pour atteindre les objectifs du label.

De gauche à droite, Benoist Thomas, secrétaire général du SBPE, Jean-Marc Goldberg, président du SNBPE, Azziz Ouattou, président de la commission développement du SNBPE, et Olivier Stépha, délégué régional Grand Ouest du SNBPE [©ACPresse]

De gauche à droite, Benoist Thomas, secrétaire général du SBPE, Jean-Marc Goldberg, président du SNBPE, Azziz Ouattou, président de la commission développement du SNBPE, et Olivier Stépha, délégué régional Grand Ouest du SNBPE. [©ACPresse]

« Le Syndicat du béton prêt à l’emploi affiche une double priorité : faire reconnaître les qualités techniques, économiques, sociales et environnementales du béton prêt à l’emploi, et souligner la place que peut prendre la profession dans le développement durable et l’économie circulaire », explique Jean-Marc Golberg, président du SNBPE. Ainsi le syndicat compte s’inscrire pleinement dans le programme E+C. Aussi, il a fait savoir qu’il était favorable à une démarche multi-critères simple, qui porte non seulement sur les matériaux, mais sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment. A la demande de la profession, le SNBPE est favorable au prolongement de la période d’observation jusqu’en 2020, « afin que les ouvrages présentés soient suffisamment nombreux et représentatifs de toutes les solutions constructives ». Côté pratique, le syndicat propose plusieurs leviers pour le béton prêt à l’emploi. Des systèmes constructifs innovants (bétons à propriétés isolantes structuraux, murs à coffrages intégrés…), une approche collaborative renforcée dès la conception ou encore des solutions pour réduire l’impact carbone des bâtiments (choix des bétons).
Le SNBPE rappelle qu’il met à disposition l’outil BETie pour établir des Fiches de déclaration environnementales et sanitaires (Fdes) de chaque ouvrage en béton. Ces dernières sont éligibles aux projets de l’expérimentation du nouveau référentiel E+C. De plus, le syndicat proposera, entre 2018 et 2019, des formations aux prescripteurs de ses adhérents, afin qu’ils maîtrisent les leviers permettant d’atteindre les objectifs de réduction de l’empreinte carbone.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article