Sfic : Bilan et perspectives

Rédaction
13/02/2013

Le Syndicat français de l’industrie cimentière (Sfic) a réuni la profession du béton autour de son déjeuner annuel, dont Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, était l'invité d'honneur. L’occasion surtout de faire un point sur l’année écoulée - peu brillante - et de mettre en exergue - une nouvelle fois - la problématique de distorsion de concurrence liée aux importations extra-communautaires de ciments et de clinker.

Comme chaque année, le Syndicat français de l’industrie cimentière (Sfic) a réuni la profession du béton autour de son déjeuner annuel, dont Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, était l’invité d’honneur. L’occasion surtout de faire un point sur l’année écoulée – peu brillante – et de mettre en exergue – une nouvelle fois – la problématique de distorsion de concurrence liée aux importations extra-communautaires de ciments et de clinkers. « En 2012, la consommation globale de ciment en France a atteint 19,97 Mt, dont 10 % sont issus des importations », résume Rachid Benyakhlef, président du Sfic. Par rapport à 2011, cette consommation a reculé de 6,5 % (21,41 Mt). En même temps, les importations ont progressé de plus de 5 % sur la même période, ce qui inquiète beaucoup le Sfic, car, à l’heure actuelle, l’ensemble des cimenteries françaises présente des surcapacités de production très importantes (de l’ordre de 50 %) par rapport à la production réelle : 18 Mt en 2012 pour une capacité installée de 27,5 Mt. Et l’année 2013 n’augure rien de bon. Le bâtiment prévoit un recul de 6,5 % (- 13,5 % au niveau des maisons individuelles), tandis que les travaux publics annoncent une baisse de  2,5 %. Le béton et, par extension, le ciment sont directement impactés par ses baisses, car c’est le gros œuvre (fondations y comprises) qui en est le principal consommateur. Et ce, dès le début du chantier.

Les importations augmenteront.

Le recul de la consommation de ciments s’accompagne, cette année, de l’ouverture de centres de broyage – dont celui, imposant, de Kercim installé à Montoir-de-Bretagne (44) qui doit entrer en production dans les mois qui viennent -, ce qui augmentera d’autant la part des importations. « Jusqu’à présent, les industriels du béton et du ciment étaient considérés comme non délocalisables, reprend Rachid Benyakhlef. Avec la multiplication de nouveaux entrants importateurs de ciments et de clinkers, la donne est en train de changer. » Mais voir la fermeture de toutes les cimenteries présentes sur le territoire national n’est pas encore pour demain… Pourtant, c’est dans ce contexte qu’Holcim a annoncé, il y a à peine quelques semaines, l’arrêt de sa cimenterie de Dannes (62) dont seule, l’activité de broyage devrait être conservée.

Un peu de protectionnisme…

En fait, le Sfic cherche surtout à rétablir les conditions d’une compétitivité équitable à l’échelle européenne. « Les ciments extra-communautaires ne subissent pas les mêmes charges que ceux produits en France, par exemple, insiste Rachid Benyakhlef. C’est pourquoi, nous demandons à ce qu’aucune nouvelle mesure ne soit prise au niveau européen qui plomberait encore davantage notre compétitivité. Il est aussi nécessaire que la prise en compte des impacts socio-économiques et environnementaux soit un préalable à toute délivrance d’une autorisation d’installation dans une zone portuaire. »

En Europe, obligation est faite de réhabiliter les carrières et les sols, de préserver la biodiversité, de limiter et de contrôler les émissions polluantes (SO2, NOx, et CO2). « Prise une à une, chacune de ces réglementations est intégrable, mais mises bout à bout, elles impactent de manière importante les coûts de production. » Réintroduire, ne serait-ce, qu’un peu de protectionnisme ne semblerait donc pas déplaire à la profession, même si ce terme n’a jamais été prononcé. Car aujourd’hui, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. En France, l’industrie cimentière représente quelque 5 000 emplois, celle du béton atteint 57 000 emplois et 380 000 emplois directs sont adjoints à la mise en œuvre de ce matériau. C’est un capital qu’il est indispensable de préserver.