Résidence Chris Marker : Un monolithe urbain monumental

Rédaction
31/03/2019

Réalisation nommée pour l’Equerre d’Argent, la résidence étudiante Chris Marker, à Paris, bouscule tous les clichés. C’est un monolithe urbain monumental, sculpté par la répétition d’éléments, et fondé sur la parfaite maîtrise technique de bétons réputés infaisables.

Retrouvez cet article dans le hors-série n° 23 “Bétons et Architectures”

Pris entre deux mitoyens à ses extrémités sur la rue de la Tombe-Issoire, la résidence Chris Marker se développe sur 100 m de long. [©ACPresse]
Pris entre deux mitoyens à ses extrémités sur la rue de la Tombe-Issoire, la résidence Chris Marker se développe sur 100 m de long. [©ACPresse]

Une modification du PLU a autorisé l’édification novatrice de la résidence étudiante Chris Marker au-dessus des halls de maintenance et de remisage des bus de la RATP (établissement à caractère industriel). Traité aussi par l’agence Eric Lapierre Expérience (Elex), cet ouvrage d’infrastructure hisse la résidence à deux niveaux au-dessus de la rue. Situé dans le XIVearrondissement parisien, l’ensemble est lui-même posé sur les anciennes carrières de calcaire de la Tombe-Issoire, en état exceptionnel de préservation. 

En première analyse, le complexe RATP devait implanter ses fondations en profondeur par micropieux traversant les carrières. Au final, une solution en résille, économiquement plus avantageuse, a été développée à la face supérieure des carrières.

Prolongez votre lecture
Pour lire la totalité de cet article, inscrivez-vous gratuitement