Rector Polska : « L’ouverture d’une autre usine était devenue indispensable »

Frédéric Gluzicki
27/09/2021

Avec l’inauguration de sa seconde usine près de Varsovie, Rector poursuit son développement en Pologne. Explications avec Tomasz Chmielowiec, directeur opérationnel de Rector Polska.

Article paru dans le n° 951 de Process Industriel, supplément de Béton[s] le Magazine n° 96.

Tomasz Chmielowiec, directeur opérationnel de Rector Polska. [©Grégory Tachet/Rector]
Tomasz Chmielowiec, directeur opérationnel de Rector Polska. [©Grégory Tachet/Rector]

Depuis quand Rector est-il implanté en Pologne ? Pourquoi avoir choisi d’investir ce pays ?

Le groupe Rector Lesage a commencé ses activités en Pologne en 2003. Jusqu’en 2009, nous avons fonctionné comme une filiale commerciale, sans unité de production. Ces six années nous ont permis d’évaluer positivement le potentiel et les perspectives de développement de la Pologne. 

Quelles sont les solutions constructives préfabriquées et commercialisées par Rector en Pologne ?

En raison de l’étendue des applications et de leur polyvalence, nous nous sommes concentrés sur l’offre Rectobéton et Rectolight, basée sur des poutrelles précontraintes. Nous avons démontré que ces systèmes sont adaptés non seulement aux maisons individuelles. Mais aussi aux logements collectifs, aux bâtiments publics et de service. De plus, nous avons trouvé notre niche dans la rénovation. 

Chaque année, en Pologne, en République tchèque et en Slovaquie, nous gérons plus de 1 500 chantiers, dont les plus petits se développent sur 80 m2et les plus grands, sur plus de 12 000 m2.

Lire aussi : Rector inaugure sa seconde usine polonaise

Avec l’ouverture de notre deuxième usine, à Mszczonów, au Sud-Ouest de Varsovie, nous avons élargi notre portefeuille de produits pour inclure les pré-linteaux, les poutres plates et les entrevous béton.

Pourquoi avoir choisi d’ouvrir une seconde usine en Pologne ?

En 2019, notre première usine a atteint sa capacité maximale. De fait, pour assurer la poursuite de notre croissance, l’ouverture d’une autre usine était devenue indispensable. Grâce à elle, nous avons non seulement élargi notre gamme de produits, mais nous nous sommes approchés de nos clients du centre et du Nord du pays. Dans l’avenir, ces deux usines nous permettront de nous développer plus rapidement, d’accroître notre part de marché et d’améliorer la reconnaissance de la marque en Pologne. Le retour sur investissement de notre 2eusine a été estimé à 7 ans.  

En 2020, nous avons dépassé la barrière symbolique des 10 Mml de poutrelles précontraintes vendues. Mais l’essor de l’industrie de la construction en Pologne est mieux illustré par les données sur sa production cimentaire… A cet égard, avec 18,7 Mt en 2020, la Pologne est le deuxième pays européen, après l’Allemagne, mais devant l’Italie et la France1.

Ces deux usines fournissent-elles uniquement le marché polonais ou bien les pays limitrophes aussi ?

En plus de la Pologne, nous avons ouvert en 2011 une succursale en Slovaquie et, en 2012, en République tchèque. Les ventes dans ces deux pays représentent environ 15 %. En outre, nous avons un partenaire en Lettonie, qui assure la promotion de nos solutions dans les pays baltes. Nous avons aussi réalisé quelques projets en Allemagne et en Scandinavie.

Quels sont les volumes de production de Rector en Pologne ?

Nous produisons près de 1,5 Mml de poutrelles, linteaux et poutres dans nos deux usines. Et prévoyons de fabriquer près de 600 000 entrevous béton par an. La Pologne a connu un développement dynamique de la préfabrication, grâce auquel la plupart des usines augmentent leurs capacités de production. 

Outre les solutions déjà proposées, Rector envisage-t-il d’introduire de nouveaux produits sur le marché polonais ?

Je pense que nous avons trouvé notre place sur le marché polonais avec les solutions Rectobéton et Rectolight, ainsi qu’avec l’extension de notre gamme avec les pré-linteaux, les poutres et les entrevous béton. Notre objectif est de fournir une gamme complète de produits qui composent le plancher. Nous nous concentrons donc aujourd’hui sur ce bon mix de produits et sur notre expansion géographique…

1Avec une production de l’ordre de 34 Mt, l’Allemagne reste de loin le premier cimentier européen. Pour l’année 2020, le Cembureau indique une production en baisse pour la France, qui se situe aux alentours de 15,2 Mt, contre 16,5 Mt en 2019. Quant à l’Italie, avec une production de 18,5 Mt, elle vient de céder sa 2eplace à la Pologne et ses 18,7 Mt. 

Article paru dans le n° 951 de Process Industriel, supplément de Béton[s] le Magazine n° 96.