Présidentielle : La Filière Béton dévoile son programme

Rédaction
22/02/2017

Tout juste créée, La Filière Béton vient de prendre la parole dans le but de sensibiliser les candidats de la future présidentielle aux attentes de la profession et de appeler tout ce que le béton est en mesure d’offrir.

Raoul de Parisot, président de La Filière Béton et président du Sfic.

La Filière Béton : telle est le patronyme de la nouvelle entité de communication que la profession vient de mettre en place. Elle réunit la Fib, le Sfic, le SNBPE, l’Unicem et l’UNPG qui peuvent à présent parler d’une seule et même voix. Tout juste lancé, La Filière Béton vient d’ailleurs de prendre la parole dans le but de sensibiliser les candidats de la future présidentielle aux attentes de la profession et de appeler tout ce que le béton est en mesure d’offrir. « Nous avons identifié trois enjeux clefs. Ceci, pour permettre d’atteindre des objectifs tant économiques qu’environnementaux et sociétaux », souligne Raoul de Parisot, président de La Filière Béton. Ainsi, nous sommes désireux d’apporter notre contribution à l’optimisation de l’espace urbain et à la qualité de vie, au renforcement des liens entre les métropoles et les territoires, et à la revalorisation de l’excellence française en matière de construction. » Et pour répondre à ces attentes, La Filière Béton met sur la table sept propositions concrètes.

• Proposition I : “Libérer des espaces, qui permettent une densification intelligente”, en dégageant des réserves foncières et en ayant une réflexion autour le sous-sol.

• Proposition II : “Favoriser la conception d’ouvrages évolutifs, modulaires et durables” à travers la garantie de la modularité et la réversibilité des usages, tout comme celle de la pérennité des ouvrages.

• Proposition III : “Favoriser le développement de la nature en ville” qui cache l’idée de végétalisation, tant des toitures que des façades. L’idée de mettre en place des dispositifs d’incitations fiscales pour intégrer la notion de végétalisation dans les projets n’est pas loin.

Proposition IV : “Protéger les personnes et les biens”, en faisant engager une réflexion visant à l’élaboration de nouveaux outils, capables de simuler l’évolution des incendies et en instaurant un moratoire sur les mesures réglementaires actuelles.

Proposition V : “Introduire dans la commande publique un critère d’économie circulaire”, ceci d’une manière expérimentale pour servir de base à une future généralisation. Le critère de recyclabilité des matériaux et celui d’insertion des emplois locaux y seraient présents. Le tout accompagné d’un principe d’allotissement, clef d’accès des PME à la commande publique. 

• Propositions VI : “favoriser la complémentarité rural-urbain” en mettant en place un plan d’aide pour moderniser, adapter et renouveler les infrastructures agricoles et en soutenant la filière de production de biomasse.

• Proposition VII : “Valoriser les expertises et les savoirs de la filière construction”, en actualisant le corpus utilisé pour l’enseignement, en augmentant les crédits alloués au Centre d’études et de recherche sur les partenariats avec les entreprises et les professionnels et en formant au béton, en continu, les ingénieurs territoriaux.

 

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article