Préparation de chantier : optimisation des conditions de travail …

Rédaction
30/09/2012

Petite ou grande opération, un chantier bien mené nécessite une bonne préparation pour optimiser le niveau de prévention et de sécurité. Aussi bien pour le personnel que pour garantir un impact positif sur la productivité.

Retrouvez cet article dans le n° 84 de Béton[s] le Magazine

Une bonne préparation de chantier, c’est aussi du personnel en meilleure forme physique. [©Gérard Guérit]
Une bonne préparation de chantier, c’est aussi du personnel en meilleure forme physique. [© Gérard Guérit]

Un chantier bien préparé en amont permet de définir avec précision le planning,  les méthodes et les modes d’exécution, le matériel nécessaire. Le tout en fonction d’un budget défini au préalable, qui conditionne en partie l’ensemble de cette organisation générale. Le planning génère le canevas des tâches à effectuer. L’organisation définit les effectifs et les différentes prestations. Les méthodes permettent de quantifier les moyens techniques, les matériels et le prévisionnel de personnel… Enfin, le rapport permanent au budget implique de rationaliser tous les points précédents… pour espérer atteindre en fin d’opération la marge prévue lors de la remise de l’offre.

De ces démarches découle de manière automatique une optimisation des conditions de travail, de la prévention et de la sécurité. Une préparation sérieuse en amont limite au maximum les aléas de chantier, les adaptations de dernière minute, les matériels mal adaptés, les mises en danger… Depuis une dizaine d’années, les préventeurs communiquent auprès des entreprises de façon plus globale sur ce sujet. Ils insistent sur le fait qu’une meilleure préparation de chantiers améliore le niveau de sécurité de ces derniers. Mais qu’elle améliore aussi la productivité, un point qui interpelle de fait tout responsable d’entreprise, par définition, soucieux de maintenir ses marges, dans un contexte de concurrence accrue et de prix encore trop souvent tirés vers le bas.

De plus, pour l’entreprise, une bonne préparation de chantier signifie également moins d’improvisation, moins d’aléas et de pertes de temps, du personnel en meilleure forme physique et moins d’absentéisme.

Gérard Guérit

Priorité au plan d’installation

Spécifique à chaque chantier, le plan d’installation conditionne en partie la réussite d’une opération. [©Gérard Guérit]

Spécifique à chaque chantier, le plan d’installation conditionne en partie la réussite d’une opération.
[©Gérard Guérit]

Un plan d’installation de chantier bien réalisé conditionne en partie la réussite d’une opération. Par définition non reproductible, car chaque chantier est un cas particulier, ce plan doit détailler l’organisation globale. En général, il est présenté et validé par le client, le maître d’œuvre… en fonction de l’importance de l’opération. Sur un chantier de gros œuvre, les différentes tâches doivent être détaillées ouvrage par ouvrage : les infrastructures, les fondations, les voiles… Un travail préparatoire, qui doit impliquer la plupart des acteurs de l’entreprise, de la direction générale au chef de chantier, voire aux chefs d’équipe. Souvent, c’est le conducteur de travaux qui initie ces démarches, par une première visite sur place, qui lui permet de prendre en compte l’environnement et les contraintes du site, les besoins. Et d’imaginer dans les grandes lignes ce que pourrait être une installation de chantier performante. La phase proprement dite “d’ouverture de chantier” se décompose en deux phases, selon l’importance du chantier et la structure de l’entreprise. Une première phase administrative concerne l’examen des pièces du marché, de l’organisation des travaux, de l’établissement du Plan particulier de sécurité et de protection de la santé (PPSPS). La seconde phase est plus technique. Elle concerne les débours, la main-d’œuvre prévisionnelle, l’approvisionnement en matériaux, le planning, les flux et la logistique en général. Ces travaux préparatoires sont indispensables pour gérer au mieux les flux des matériaux, du matériel et du personnel. De plus, il permet de réduire les manœuvres à risques, d’optimiser les déplacements, de réduire les manutentions manuelles et de diminuer la fatigue des opérateurs.

Des rôles bien définis

Le choix des protections individuelles, une décision qui doit être prise en amont, et suivie par le personnel compétent en phase d’exécution. [©DR]

Le choix des protections individuelles, une décision qui doit être prise en amont, et suivie par le personnel compétent en phase d’exécution.
[©DR]

Avec les années, les actions préparatoires sont devenues pour les chantiers importants des postes spécifiques, au point d’être parfois, et de plus en plus, des lots à part entière. Très en amont du démarrage du chantier, c’est l’ensemble des intervenants, qui se réunissent pour mettre en place l’organisation, les choix techniques et des matériels… Des décisions toujours liées au triptyque optimisation/conditions de travail/productivité. Désigné en phase de conception, le coordonnateur SPS doit pouvoir poursuivre sa mission en phase d’exécution : ce n’est pourtant pas toujours le cas. Lorsque l’entreprise dispose d’un responsable QSE et/ou d’un animateur sécurité, ce sont eux qui pilotent les réunions liées aux préparations de chantier. En leur absence, ce rôle revient au conducteur de travaux, voire parfois au dirigeant d’entreprise dans le cas de petites structures. Autre cas de figure, l’appel à des bureaux d’études extérieurs, qui travaillent en tandem avec l’entreprise, parfois en amont, le plus souvent en phase d’exécution. Dans ce dernier exemple, cet intervenant extérieur visite les chantiers, contrôle le respect des procédures prévues, en termes de prévention et de sécurité : installations, échafaudages, protections individuelles… Le tout validé par des rapports réguliers.

L’incontournable PPSPS

Le PPSPS doit contenir les informations utiles à chaque poste, en termes de prévention et de sécurité. [©Gérard Guérit]

Le PPSPS doit contenir les informations utiles à chaque poste, en termes de prévention et de sécurité.
[©Gérard Guérit]

La réalisation d’un Plan particulier de sécurité et de protection de la santé (PPSPS) est une obligation. Cette démarche réglementaire ne doit pas être perçue comme une contrainte, mais comme un moyen de lister et de traiter tous les risques inhérents à un chantier. Lorsque ce document est réalisé de manière correcte, il devient un atout de poids dans le prolongement des travaux préparatoires. Il constitue une trame, qui consigne les méthodes et les responsabilités prévues pour chaque opérateur. Il contient toutes les informations utiles par rapport  à chaque poste, en termes de prévention et de procédures. Même si la situation s’améliore avec les années, trop de PPSPS sont encore des “copiés-collés” des chantiers précédents. Il existe pourtant des moyens simples permettant d’en constituer des réalistes, comme avec la méthode dite “des 5M” : Milieu, Matériaux, Main-d’œuvre, Matériel, Méthode. Progressivement, de nombreuses entreprises, petites ou grandes, ont mis au point des “check-lists”, qui permettent aux intervenants, même dans l’urgence, de travailler dans les meilleures conditions possible. Ces documents quantifient l’importance et la nature des risques, la nécessité ou non de faire appel à des outils spécifiques, des moyens de manutention, de protection… Mais aussi de vérifier si l’intervention nécessite une ou plusieurs personnes.

Coordonnateur SPS et PGC

Indissociable du PPSPS, le PCG précise, entre autres, les voies et zones de circulation. [©Gérard Guérit]

Indissociable du PPSPS, le PCG précise, entre autres, les voies et zones de circulation.
[©Gérard Guérit]

Le Plan général de coordination (PGC) est un outil de prévention, qui doit être établi par le coordonnateur SPS, lorsque les différentes entreprises intervenant sur un chantier sont amenées à travailler en co-activité. Il est complémentaire du PPSPS. Pour que le PGC soit obligatoire, il faut déjà que l’effectif prévisible dépasse 20 travailleurs à un moment quelconque des travaux. Ou que la durée excède les 30 j ouvrés. Ou encore que le volume prévu des travaux soit supérieur à 500 hommes/j. Il contient en particulier les renseignements d’ordre administratif, comme les mesures d’organisation générale arrêtées par le maître d’œuvre en concertation avec le coordonnateur SPS. Ainsi que les mesures de coordination prises par le coordonnateur SPS en matière de sécurité et de santé. Enfin, les sujétions qui en découlent. Cela concerne les voies ou zones de déplacement ou de circulation horizontales ou verticales, les conditions de manutention des différents matériaux et matériels, la limitation du recours aux manutentions manuelles… Ce document doit être joint aux autres documents remis par le maître d'ouvrage aux entrepreneurs, qui envisagent de contracter. Les deux documents sont en effet interdépendants, car les renseignements contenus dans le PGC sont indispensables à la rédaction du PPSPS.

 

Retrouvez cet article dans le n° 84 de Béton[s] le Magazine

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article